Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Proust pour tous: hier il faisait beau; yesterday the sun was shining

Publié le 31 Mars 2012 par laurence grenier

Quelle déception! je pensais que le week-end allait être ensoleillé, et ce matin c'est la grisaille: heureusement que le souvenir de d'une journée estivale me réchauffe.

 

Midi sonnait, enfin arrivait Françoise. Et pendant des mois de suite, dans ce Balbec que j’avais tant désiré parce que je ne l’imaginais que battu par la tempête et perdu dans les brumes, le beau temps avait été si éclatant et si fixe que quand elle venait ouvrir la fenêtre j’avais pu toujours sans être trompé, m’attendre à trouver le même pan de soleil plié à l’angle du mur extérieur, et d’une couleur immuable qui était moins émouvante comme un signe de l’été qu’elle n’était morne comme celle d’un émail inerte et factice. Et tandis que Françoise ôtait les épingles des impostes, détachait les étoffes, tirait les rideaux, le jour d’été qu’elle découvrait semblait aussi mort, aussi immémorial qu’une somptueuse et millénaire momie que votre vieille servante n’eût fait que précautionneusement désemmailloter de tous ses linges, avant de la faire apparaître, embaumée dans sa robe d’or.

A l'ombre des jeunes filles en fleurs (explicit = fin)

 

What a disappointment! I was planning on a sunny day, and all is grey. I only keep the memory of a summer warm long day.

 

Twelve o’clock struck, Françoise arrived at last. And for months on end, in this Balbec to which I had so looked forward because I imagined it only as battered by the storm and buried in fogs, the weather had been so dazzling and so unchanging that when she came to open the window I could always, without once being wrong, expect to see the same patch of sunlight folded in the corner of the outer wall, of an unalterable colour which was less moving as a sign of summer than depressing as the colour of a lifeless and composed enamel. And after Françoise had removed her pins from the mouldings of the window-frame, taken down her various cloths, and drawn back the curtains, the summer day which she disclosed seemed as dead, as immemorially ancient as would have been a sumptuously attired dynastic mummy from which our old servant had done no more than pre-cautionally unwind the linen wrappings before displaying it to my gaze, embalmed in its vesture of gold. 

Within a budding grove (end)

 

Commenter cet article