Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

36 questions pour tomber amoureux; 36 questions to fall in love

Publié le 1 Mars 2015 par proust pour tous

36 questions pour tomber amoureux; 36 questions to fall in love

On en parle partout: un questionnaire (36 questions) est capable de créer une intimité entre 2 êtres, et ainsi, dans beaucoup de cas, générer l'amour. Et quelles sont les réponses tirées de La Recherche:

1ère question: Si vous pouviez choisir sans restriction, qui aimeriez-vous avoir à dîner?

Réponse: pour Mme de Gallardon, la duchesse de Guermantes, sa cousine

Attendant sa voiture sur le même degré de l'escalier que Mme de Guermantes, mais à l'extrémité opposée, Mme de Gallardon, qui avait perdu depuis longtemps tout espoir d'avoir jamais la visite de sa cousine, tournait le dos pour ne pas avoir l'air de la voir, et surtout pour ne pas offrir la preuve que celle-ci ne la saluait pas. Mme de Gallardon était de fort méchante humeur parce que des messieurs qui étaient avec elle avaient cru devoir lui parler d'Oriane : « Je ne tiens pas du tout à la voir, leur avait-elle répondu, je l'ai, du reste, aperçue tout à l'heure, elle commence à vieillir ; il paraît qu'elle ne peut pas s'y faire. Basin lui-même le dit. Et dame ! je comprends ça, parce que, comme elle n'est pas intelligente, qu'elle est méchante comme une teigne et qu'elle a mauvaise façon, elle sent bien que, quand elle ne sera plus belle, il ne lui restera rien du tout. » Sodome et Gomorrhe

The talk of the town is a questionnaire (36 questions) that is able to create intimacy between two human beings, and therefore, sometimes, love. What are the answers coming fron The Search?

Question 1: Given the choice of anyone in the world, whom would you want as a dinner guest?

Answer: for Mme. de Gallardon, the duchess de Guermantes, her cousin:

Waiting for her carriage upon the same step of the stair as Mme. de Guermantes, but at the opposite side of it, Mme. de Gallardon, who had long abandoned all hope of ever receiving a visit from her cousin, turned her back so as not to appear to have seen her, and, what was more important, so as not to furnish a proof of the fact that the other did not greet her. Mme. de Gallardon was in an extremely bad temper because some gentlemen in her company had taken it upon themselves to speak to her of Oriane: “I have not the slightest desire to see her,” she had replied to them, “I did see her, as a matter of fact, just now, she is beginning to shew her age; it seems she can’t get over it. Basin says so himself. And, good lord, I can understand that, for, as she has no brains, is as mischievous as a weevil, and has shocking manners, she must know very well that, once her looks go, she will have nothing left to fall back upon.” Cities of the Plain
Commenter cet article