Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Par coeur: un texte étonnant; A surprising excerpt learned by heart

Publié le 20 Février 2015 par proust pour tous

Par coeur: un texte étonnant; A surprising excerpt learned by heart

Le dénombrement de Bethléem, de Pieter Bruegel

Décidément cette rentrée proustienne au Swann avait été très féconde, et les retombées n'en sont pas encore bien connues, elles prendront peut-être l'ampleur de la découpe des dindonneaux par le directeur du Grand Hôtel de Balbec (Depuis ce jour-là le calendrier fut changé, on compta ainsi : « C'est le lendemain du jour où j'ai découpé moi-même les dindonneaux. » « C'est juste huit jours après que le directeur a découpé lui-même les dindonneaux. » Ainsi cette prosectomie donna-t-elle, comme la naissance du Christ ou l'Hégire, le point de départ d'un calendrier différent des autres, mais qui ne prit pas leur extension et n'égala pas leur durée). Toujours est-il que parmi les courageux qui récitèrent, sans souffleur, un texte par coeur, Edith, auteur de plusieurs livres de psychologie, dont Pas d'enfant pour Athéna, un ouvrage qui fit grand bruit. Et, avec son esprit original (les seuls qu'on aime) elle nous fit une analyse psy brillantissime d'un texte où je ne voyais que de la gastronomie et une peinture du Moyen Age: Ah ces proustiens! PAR COEUR!

Et précisément à l'hôtel où j'avais rendez-vous avec Saint-Loup et ses amis et où les fêtes qui commençaient attiraient beaucoup de gens du voisinage et d'étrangers, c'était, pendant que je traversais directement la cour qui s'ouvrait sur de rougeoyantes cuisines où tournaient des poulets embrochés, où grillaient des porcs, où des homards encore vivants étaient jetés dans ce que l'hôtelier appelait le « feu éternel », une affluence (digne de quelque « Dénombrement devant Bethléem » comme en peignaient les vieux maîtres flamands) d'arrivants qui s'assemblaient par groupes dans la cour, demandant au patron ou à l'un de ses aides (qui leur indiquaient de préférence un logement dans la ville quand ils ne les trouvaient pas d'assez bonne mine) s'ils pourraient être servis et logés, tandis qu'un garçon passait en tenant par le cou une volaille qui se débattait. Et dans la grande salle à manger que je traversai le premier jour, avant d'atteindre la petite pièce où m'attendait mon ami, c'était aussi à un repas de l'Évangile figuré avec la naïveté du vieux temps et l'exagération des Flandres que faisait penser le nombre des poissons, des poulardes, des coqs de bruyères, des bécasses, des pigeons, apportés tout décorés et fumants par des garçons hors d'haleine qui glissaient sur le parquet pour aller plus vite et les déposaient sur l'immense console où ils étaient découpés aussitôt, mais où – beaucoup de repas touchant à leur fin, quand j'arrivais – ils s'entassaient inutilisés ; comme si leur profusion et la précipitation de ceux qui les apportaient répondaient, beaucoup plutôt qu'aux demandes des dîneurs, au respect du texte sacré scrupuleusement suivi dans sa lettre, mais naïvement illustré par des détails réels empruntés à la vie locale, et au souci esthétique et religieux de montrer aux yeux l'éclat de la fête par la profusion des victuailles et l'empressement des serviteurs. Le côté de Guermantes

Really this first 2015 proustian meeting at the Swann had been very fruitful and its repercussions are yet not completely known: maybe they'll match the scope of the turkey's carving by the Balbec Grand Hotel manager? (From that day onwards, the calendar was changed, time was reckoned thus: “That was the day after the day I carved the turkeys myself.” “That’s right, a week after the manager carved the turkeys himself.” And so this prosectomy furnished, like the Nativity of Christ or the Hegira, the starting point for a calendar different from the rest, but neither so extensively adopted nor so long observed.) Among those who learned and recited an excerpt by heart was Edith, author of several psychology books, among which Pas d'enfant pour Athéna, a book that made a lot of noise. And with her original mind (of the only kind we like), she brillantly analysed a text in which I had seen only gastronomy and old painting .These Proustians! and by heart!

And sure enough at the hotel where I was to meet Saint-Loup and his friends and to which the fair now beginning had attracted a number of people from near and far, I found, as I hurried across the courtyard with its glimpses of glowing kitchens in which chickens were turning on spits, pigs were roasting, lobsters being flung, alive, into what the landlord called the ‘everlasting fire,’ an influx (worthy of some Numbering of the People Before Bethlehem such as the old Flemish masters used to paint) of new arrivals who assembled there in groups, asking the landlord or one of his staff (who, if he did not like the look of them, would recommend lodgings elsewhere in the town) whether they could have dinner and beds, while a scullion hurried past holding a struggling fowl by the neck. And similarly, in the big dining-room which I crossed the first day before coming to the smaller room in which my friend was waiting for me, it was of some feast in the Gospels portrayed with a mediaeval simplicity and an exaggeration typically Flemish that one was reminded by the quantity of fish, pullets, grouse, woodcock, pigeons, brought in dressed and garnished and piping hot by breathless waiters who slid over the polished floor to gain speed and set them down on the huge carving table where they were at once cut up but where — for most of the people had nearly finished dinner when I arrived — they accumulated untouched, as though their profusion and the haste of those who brought them in were due not so much to the requirements of the diners as to respect for the sacred text, scrupulously followed in the letter but quaintly illustrated by real details borrowed from local custom, and to an aesthetic and religious scruple for making evident to the eye the solemnity of the feast by the profusion of the victuals and the assiduity of the servers. The Guermantes Way
Commenter cet article