Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Fou de par coeur et fou de Proust, deux immenses qualités

Publié le 21 Février 2015 par proust pour tous

Fou de par coeur et fou de Proust, deux immenses qualités

Voici le début du roman de Patrice Louis, qui, de son propre aveu, ne peut apprendre plus de 10 lignes de son auteur favori: je vous recommande sa lecture, surtout pour ceux qui REFUSENT d'apprendre. Non M. Louis, vous n'êtes pas fou et quelques lignes sur le bout des doigts et de la langue, c'est possible; et si on ne peut aller plus loin que l'incipit, on sera obligé de parler franglais en disant "Nice try" (ce blog est en général bilingue, faute à plus de 20 années passées en Amérique). Blog, roman, auteur portent tous le même nom: Le fou de Proust!

« Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de vous soumettre une proposition que je sais originale et que je crois intéressante.

Après plusieurs années d’apprentissage, je suis en mesure de réciter par cœur les sept ouvrages d’À la Recherche du temps perdu.

Il ne s’agit pas pour moi de prétendre à quelque record, mais de mener au bout une démarche raisonnée si ce n’est raisonnable.

Le défi était audacieux. Je l’ai pourtant mené à bien et j’ose vous demander de m’accueillir à Illiers-Combray afin que je puisse y réaliser cette monumentale interprétation.

J’estime à une dizaine de semaines à raison de six heures par jour pour narrer, sans le texte sous les yeux, l’ensemble de l’œuvre — de « Longtemps, je me suis couché de bonne heure » à « tant de jours sont venus se placer — dans le Temps ».

Ma biographie ci-jointe (je crois avoir passé l’âge de parler de CV) vous indiquera que je ne suis pas un plaisantin.

Je n’ai pour seul regret que d’avoir découvert ces écrits à l’automne de ma vie et vous prie d’examiner mon offre (naturellement exempte de toute prétention financière) avec bienveillance.

Si vous l’agréez, nous devrons étudier ensemble sa faisabilité. Ma seule conviction est qu’une telle performance ne peut avoir pour cadre principal que la maison de Tante Léonie.

Dans l’attente de vous lire, je vous prie d’agréer, monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

Semper idem,

Fabrice Pelletie

Commenter cet article