Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

Une hallucination; Hallucination

Publié le 2 Octobre 2013 par proust pour tous

Une hallucination; Hallucination

Comme hier je cherchai le texte dans lequel Saint-Loup ignore son ami, je fais ce que tous les amateurs de Proust font, prendre une page au hasard, et voici cette délicieuse observation après l'épisode cité:

Je demandai à ces soldats que ma présence ne troublait pas à regarder aussi par la fenêtre. Ils ne m’en empêchèrent pas, ni ne se dérangèrent. Je vis le capitaine de Borodino passer majestueusement en faisant trotter son cheval, et semblant avoir l’illusion qu’il se trouvait à la bataille d’Austerlitz. Quelques passants étaient assemblés devant la grille du quartier pour voir le régiment sortir. Droit sur son cheval, le visage un peu gras, les joues d’une plénitude impériale, l’oeil lucide, le Prince devait être le jouet de quelque hallucination comme je l’étais moi-même chaque fois qu’après le passage du tramway le silence qui suivait son roulement me semblait parcouru et strié par une vague palpitation musicale. Le côté de Guermantes

Yesterday, as I was looking for the excerpt where Saint-Loup ignores his friend, I did what all Proust lovers do: read a page at random, and, sure enough, I found a delightful and very perceptive observation on silence music and hallucination:

I asked these troopers, who did not seem at all embarrassed by my presence, whether I too might look out of the window. They neither objected to my doing so nor moved to make room for me. I saw Captain de Borodino go majestically by, putting his horse into a trot, and apparently under the illusion that he was taking part in the Battle of Austerlitz. A few loiterers had stopped by the gate to see the regiment file out. Erect on his charger, his face inclined to plumpness, his cheeks of an Imperial fulness, his eye lucid, the Prince must have been the victim of some hallucination, as I was myself whenever, after the tramway-car had passed, the silence that followed its rumble seemed to me to throb and echo with a vaguely musical palpitation. The Guermantes Way
Commenter cet article