Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

Toute cette actualité inutile, et les pensées de Pascal? all this useless news, and Pascal's Pensées?

Publié le 17 Août 2013 par proust pour tous

Je ne peux m'empêcher de suivre l'actualité, mais si souvent je finis par me dire: quel temps perdu!

«Je ne dis pas non, répondit Swann étonné. Ce que je reproche aux journaux c’est de nous faire faire attention tous les jours à des choses insignifiantes tandis que nous lisons trois ou quatre fois dans notre vie les livres où il y a des choses essentielles. Du moment que nous déchirons fiévreusement chaque matin la bande du journal, alors on devrait changer les choses et mettre dans le journal, moi je ne sais pas, les . . . Pensées de Pascal! (il détacha ce mot d’un ton d’emphase ironique pour ne pas avoir l’air pédant). Et c’est dans le volume doré sur tranches que nous n’ouvrons qu’une fois tous les dix ans, ajouta-t-il en témoignant pour les choses mondaines ce dédain qu’affectent certains hommes du monde, que nous lirions que la reine de Grèce est allée à Cannes ou que la princesse de Léon a donné un bal costumé. Comme cela la juste proportion serait rétablie.» Du côté de chez Swann

I can't help following the news, while so often I end thinking: what a loss of time!

“I don’t deny it,” answered Swann in some bewilderment. “The fault I find with our journalism is that it forces us to take an interest in some fresh triviality or other every day, whereas only three or four books in a lifetime give us anything that is of real importance. Suppose that, every morning, when we tore the wrapper off our paper with fevered hands, a transmutation were to take place, and we were to find inside it — oh! I don’t know; shall we say Pascal’s Pensées?” He articulated the title with an ironic emphasis so as not to appear pedantic. “And then, in the gilt and tooled volumes which we open once in ten years,” he went on, shewing that contempt for the things of this world which some men of the world like to affect, “we should read that the Queen of the Hellenes had arrived at Cannes, or that the Princesse de Léon had given a fancy dress ball. In that way we should arrive at the right proportion between ‘information’ and ‘publicity.’” Swann's Way

Commenter cet article