Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

une critique d'un charmant roman proustien

Publié le 20 Mai 2013 par proust pour tous

Marcel Proust, roi du kung-fu

Marc Lefrançois

Roman de 88 pages

Prix : 14,50 €

 

·      Le livre : très élégant, couverture particulièrement bien illustrée.

·      L’histoire : Un amour inattendu entre un prof de gym adepte des arts martiaux et une prof de lettres passionnée de Proust : du coup de foudre à la grande crise,                                        avec quelques surprises.

·      Le style : très enlevé, nombreuses allusions à l’œuvre de Proust (je peux en attester) à sa vie (j’ai appris quelques détails) et à celle de Bruce Lee (je crois l’auteur). Se lit très facilement, sans ennui, on veut connaître la fin. Beaucoup d’humour.

·      La fin : très satisfaisante, pleine d’esprit (il faut, pour la goûter pleinement, avoir quelques notions des grands thèmes d’A la recherche du temps perdu), mais j’ai testé la lecture sur une amie non  adepte de Proust, qui a également aimé et l’histoire et la fin.

·      Est-ce que l’on rit ? oui, beaucoup.  Est-ce qu’on pleure ? non. Est-ce que l’on apprend quelque chose ? oui.

·      Remarque : le roman n’a pas le côté un peu racoleur du titre, qui, je suppose, a été choisi pour intriguer le lecteur, et qui, à mon avis, ne sert pas ce délicieux  roman.

·      Recommandation : +++

 

·      Un extrait:

 

Qu'est-ce que tu peux lui trouver à ce pauvre type ? avait demandé une fois Paul à son amie. Ce fut là,  la crise la plus sérieuse que traversa leur couple. Ils faillirent bien rompre pour ne plus se voir. Elodie avaient été littéralement suffoquée lorsqu'elle comprit que c'était de Proust qu'elle parlait. Proust son idole, son Dieu. Elle en fut d'ailleurs tellement estomaquée qu'elle tomba malade, avec les mêmes symptômes que Marcel Proust lorsqu'à l'âge de neuf ans, en traversant le bois de Boulogne, il faillit mourir d'une crise d'asthme. 

 

Commenter cet article