Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

une citation préférée: a favorite quotation

Publié le 13 Juin 2013 par proust pour tous

J'ai été interviewée pour un article dans le magazine de Sceaux (oui Monsieur) et n'étais pas préparée pour la question à cent balles: "Quelle est votre citation (courte) préférée dans Proust?". J'ai d'abord pensé (ça s'appliquait parfaitement à la situation, où j'ai manqué d'à-propos): 

 

Pour le plaisir, je ne le connus naturellement qu’un peu plus tard, quand, rentré à l’hôtel, resté seul, je fus redevenu moi-même. Il en est des plaisirs comme des photographies. Ce qu’on prend en présence de l’être aimé, n’est qu’un cliché négatif, on le développe plus tard, une fois chez soi, quand on a retrouvé à sa disposition cette chambre noire intérieure dont l’entrée est «condamnée» tant qu’on voit du monde. (JF)

 

Puis enfin, une fois chez moi, je l'ai trouvée:

 

Car mon intelligence devait être une, et peut-être même n’en existe-t-il qu’une seule dont tout le monde est co-locataire, une intelligence sur laquelle chacun, du fond de son corps particulier porte ses regards, comme au théâtre, où si chacun a sa place, en revanche, il n’y a qu’une seule scène. (JF)

 

During an interview for an article on my new book (The Seven Lessons of Marcel Proust), I was foolishly not prepared to give my favorite Proust' quotation, which reminded me that first one:

But so far as the pleasure was concerned, I was not conscious of it, naturally, until some time later, when, once more in the hotel, and in my room alone, I had become myself again. Pleasure in this respect is like photography. What we take, in the presence of the beloved object, is merely a negative film; we develop it later, when we are at home, and have once again found at our disposal that inner darkroom, the entrance to which is barred to us so long as we are with other people. (BG)

Once at home, I found that one:

For my intelligence must be a uniform thing, perhaps indeed there exists but a single intelligence, in which everyone in the world participates, towards which each of us from the position of his own separate body turns his eyes, as in a theatre where, if everyone has his own separate seat, there is on the other hand but a single stage. (BG)


Commenter cet article
Z
<br /> Oui, celle sur l'intelligence est magistrale. Moi j'adore (de mémoire) : "Le plus difficile dans un régime, c'est de ne pas l'imposer aux autres". <br />
Répondre