Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

une citation osée; shoking!

Publié le 9 Avril 2013 par proust pour tous

 

TIMGAD
Hier, chez Roujoublan, c'était un "lundi de Sceaux" et Dominique nous évoquait ses souvenirs de jeune professeur de droit en Algérie, en particulier une visite à Timgad, où très peu de touristes allaient, et où une petite fille, la voyant embrasser son mari Enzo, leur fit, en riant,  un obcène mouvement du bassin, démontrant que sous des dehors innocents, elle en savait un bout ! Pas tout à fait le geste de Gilberte enfant au narrateur, enfant lui aussi:
et sa main esquissait en même temps un geste indécent, auquel quand il était adressé en public à une personne qu'on ne connaissait pas, le petit dictionnaire de civilité que je portais en moi ne donnait qu'un seul sens, celui d'une intention insolente 
Du côté de chez Swann, Combray
Years ago, during a visit in Timgad, an old Roman city, in Algeria, while Dominique was kissing her husband Enzo, a little girl laughed at them and mimicked with her hips a movement generally reserved to adults. She seemed so innocent ! Not the gesture of Gilberte, still a child, adressed to the narrator, a child too:
and her hand, at the same time, sketched in the air an indelicate gesture, for which, when it was addressed in public to a person whom one did not know, the little dictionary of manners which I carried in my mind supplied only one meaning, namely, a deliberate insult.
Swann's Way, Combray
Commenter cet article

Gérard HUSSON 09/04/2013 22:01


Passage à l'heure d'été. Déjà au début de ce siècle, pendant la 1ère guerre mondiale. Le sujet était-il aussi polémique ? 


"Tout en me rappelant ainsi la visite de Saint-Loup j'avais marché, fait un trop long crocher ; j'étais presque au pont des Invalides. Les lumières, assez peu nombreuses (...), étaient allumées,
un peu trop tôt car le "changement d'heures" avait été fait un peu trop tôt quand la nuit venait encore assez vite mais stabilisé pour toute la belle saison (...) et au-dessus de la ville
nocturnement éclairée dans toute une partie du ciel - du ciel ignorant de l'heure d'été et de l'heure d'hiver et qui ne daignait pas savoir que 8h30 était devenu 9h30 - dans toute une partie du
ciel bleuâtre il continuait à faire un peu jour." Proust Le Temps retrouvé