Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

the queen of Versailles

Publié le 21 Juillet 2012 par laurence grenier

Je viens de lire dans le New York Times la présentation d'un film The queen of Versailles sur une famille enrichie en peu de temps et qui a tout perdu: un amas de vulgarité épouvantable et comique. Il existe d'autres façons de montrer sa richesse que de se faire construire une maison gigantesque en Floride:

 

[le Duc de Guermantes]

Formidablement riche dans un monde où on l’est de moins en moins, ayant assimilé à sa personne, d’une façon permanente, la notion de cette énorme fortune, en lui la vanité du grand seigneur était doublée de celle de l’homme d’argent, l’éducation raffinée du premier arrivant tout juste à contenir la suffisance du second.

Le côté de Guermantes

 

 

I just read in the New York Times an article on a movie The queen of Versailles about a story of rags to richness and return to rags: a mountain of vulgarity and comic situation. There are other ways for showing that you are riche than build a humongous house in Florida:

 

[the Duc de Guermantes]

Being formidably rich in a world where everyone was steadily growing poorer, and having secured the permanent attachment to his person of the idea of this enormous fortune, he displayed all the vanity of the great nobleman reinforced by that of the man of means, the refinement and breeding of the former just managing to control the latter’s self-sufficiency.

The Guermantes Way

Commenter cet article
I
<br /> Bonjour Laurence,<br /> <br /> <br /> Comment vous envoyer mon adresse électronique sans qu'elle soit visible ?<br /> <br /> <br /> J'aimerais proposer votre conférence/lecture à Sceaux à un petit groupe d'amis sur un site de sorties dont je suis membre. Est-ce possible ?<br /> <br /> <br /> Merci !<br /> <br /> <br /> Amitités proustiennes.<br />
Répondre