Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

Proustpourtous: espions allemands. German spies

Publié le 16 Avril 2011 par laurence grenier in Actualités proustiennes- Proust news

Florence m'a lu le programme d'une pièce donnée en 1917, écrite par son grand-père, Magda, dans laquelle l'un des personnages est simplement nommé: Espion boche.

Florence read the program of a play written by her grandfather, Magda, in which one of the characters is just named as: Kraut spy.

 

(parlant de la reine de Naples)

"Vous savez que c'est une affreuse espionne, s'écriait Mme Verdurin qui n'avait pas oublié l'attitude que la souveraine déchue avait eue un soir chez elle. Je le sais et d'une façon précise, elle ne vivait que de ça. Si nous avions un gouvernement plus énergique, tout ça devrait être dans un camp de concentration. Et allez donc! En tous cas, vous ferez bien de ne pas recevoir ce joli monde, parce que je sais que le Ministre de l'Intérieur a l'oeil sur eux, votre hôtel serait surveillé. Rien ne m'enlèvera de l'idée que pendant deux ans Charlus n'a pas cessé d'espionner chez moi." Et pensant probablement qu'on pouvait avoir un doute sur l'intérêt que pouvaient présenter pour le gouvernement allemand les rapports les plus circonstanciés sur l'organisation du petit clan, Mme Verdurin, d'un air doux et perspicace, en personne qui sait que la valeur de ce qu'elle dit ne paraîtra que plus précieuse si elle n'enfle pas la voix pour le dire: "Je vous dirai que dès le premier jour j'ai dit à mon mari: ça ne me va pas, la façon dont cet homme s'est introduit chez moi. Ça a quelque chose de louche. Nous avions une propriété au fond d'une baie, sur un point très élevé. Il était sûrement chargé par les Allemands de préparer là une base pour leurs sous-marins. Il y avait des choses qui m'étonnaient et que maintenant je comprends. Ainsi au début il ne pouvait pas venir par le train avec les autres habitués. Moi je lui avais très gentiment proposé une chambre dans le château. Hé bien non, il avait préféré habiter Doncières où il y avait énormément de troupe. Tout ça sentait l'espionnage à plein nez".

Le Temps retrouvé

 

All the same, the Queen of Naples told me —” “As to her, you know she’s an awful spy,” exclaimed Mme Verdurin who had not forgotten the attitude which the fallen sovereign had displayed at her house one evening. “I know it most positively. She only lives by spying. If we had a more energetic Government, all those people would be in a concentration camp. And in any case you would do well not to receive that charming kind of society, for I happen to know that the Minister of the Interior has got his eye on them and your house will be watched. Nothing will convince me that during two years Charlus was not continually spying at my house.” And thinking probably, that there might be some doubt as to the interest the German Government might take, even in the most circumstantial reports on the organisation of the “little clan”, Mme Verdurin, with the soft, confidential manner of a person who knows the value of what she is imparting and that it seems more significant if she does not raise her voice, “I tell you, from the first day I said to my husband,‘the way in which this man has inveigled himself into our house is not to my liking. There’s something suspicious about it.’ Our estate was on a very high point at the back of a bay. I am certain he was entrusted by the Germans to prepare a base there for their submarines. Certain things surprised me and now I understand them. For instance, at first he would not come by train with the other guests. I had offered in the nicest way to give him a room in the château. Well, not a bit of it, he preferred living at Doncières where there were an enormous number of troops. All that stank in one’s nostrils of espionage.”

  TIme Regained


Commenter cet article