Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

PROUSTpourTOUS: enterrés; buried

Publié le 21 Avril 2012 par laurence grenier

Comme je cherche sur facebook certains amis perdus de vue depuis longtemps, je prends conscience du fait que déjà un nombre appréciable d'entre eux ont disparu pour toujours.

 

Il [Charlus] ne cessait d’énumérer tous les gens de sa famille ou de son monde qui n’étaient plus, moins, semblait-il, avec la tristesse qu’ils ne fussent plus en vie qu’avec la satisfaction de leur survivre. Il semblait en rappelant leur trépas prendre mieux conscience de son retour vers la santé. C’est avec une dureté presque triomphale qu’il répétait sur un ton uniforme, légèrement bégayant et aux sourdes résonances sépulcrales : « Hannibal de Bréauté, mort ! Antoine de Mouchy, mort ! Charles Swann, mort ! Adalbert de Montmorency, mort ! Baron de Talleyrand, mort ! Sosthène de Doudeauville, mort ! » Et chaque fois, ce mot « mort » semblait tomber sur ces défunts comme une pelletée de terre plus lourde, lancée par un fossoyeur qui tenait à les river plus profondément à la tombe.

 Le Temps retrouvé

  

As I am looking for some lost friends on facebook, I realize that some are already gone for ever.



He [Charlus] kept on enumerating the various members of his family or of his set who were dead, apparently less because he was sorry they had departed than because of his satisfaction at having survived them; in reminding himself of their death, he seemed to become more conscious of his own recovery. He enumerated almost triumphantly but in a monotonous tone accompanied by a slight stammer and with a sort of sepulchral resonance: “Hannibal de Bréauté, dead! Antoine de Mouchy, dead! Charles Swann, dead! Adalbert de Montmorency, dead! Baron de Talleyrand, dead! Sosthène de Doudeauville, dead!” And each time the word “dead” seemed to fall upon the defunct like a shovelful of earth, the heavier for the gravedigger wanting to press them ever deeper into the tomb.

Time Regained (translated by Stephen Hudson)

 

 

 

Commenter cet article