Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

Proustpourtous: de Pâques, clochers et oiseaux; on Easter, stiples and birds

Publié le 25 Avril 2011 par laurence grenier

Lundi de Pâques, les cloches sont rentrées de Rome, les clochers se sont calmés. Easter, bells are back from Rome and steeples are quiet again.

 

Seuls, s’élevant du niveau de la plaine et comme perdus en rase campagne, montaient vers le ciel les deux clochers de Martinville. Bientôt nous en vîmes trois: venant se placer en face d’eux par une volte hardie, un clocher retardataire, celui de Vieuxvicq, les avait rejoints. Les minutes passaient, nous allions vite et pourtant les trois clochers étaient toujours au loin devant nous, comme trois oiseaux posés sur la plaine, immobiles et qu’on distingue au soleil.

Du côté de chez Swann, Combray


Alone, rising from the level of the plain, and seemingly lost in that expanse of open country, climbed to the sky the twin steeples of Martinville. Presently we saw three: springing into position confronting them by a daring volt, a third, a dilatory steeple, that of Vieuxvicq, was come to join them. The minutes passed, we were moving rapidly, and yet the three steeples were always a long way ahead of us, like three birds perched upon the plain, motionless and conspicuous in the sunlight.

Swann's way, Combray, trad Scott Moncrieff

Commenter cet article