Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

Proust pour tous: un coeur déchiré; a shattered heart

Publié le 25 Octobre 2010 par laurence grenier

Comme la vue est un sens trompeur, un corps humain, même aimé, comme était celui d’Albertine, nous semble, à quelques mètres, à quelques centimètres, distant de nous. Et l’âme qui est à lui de même. Seulement, que quelque chose change violemment la place de cette âme par rapport à nous, nous montre qu’elle aime d’autres êtres et pas nous, alors, aux battements de notre coeur disloqué, nous sentons que c’est, non pas à quelques pas de nous, mais en nous, qu’était la créature chérie. En nous, dans des régions plus ou moins superficielles. Mais les mots: «Cette amie, c’est Mlle Vinteuil» avaient été le Sésame, que j’eusse été incapable de trouver moi-même, qui avait fait entrer Albertine dans la profondeur de mon coeur déchiré. Et la porte qui s’était refermée sur elle, j’aurais pu chercher pendant cent ans sans savoir comment on pourrait la rouvrir.
MarcelProust Sodome et Gomorrhe, chapitre IV
 

As our vision is a deceiving sense, a human body, even when it is loved as Albertine’s was, seems to us to be at a few yards’, at a few inches’ distance from us. And similarly with the soul that inhabits it. But something need only effect a violent change in the relative position of that soul to ourselves, to shew us that she is in love with others and not with us, then by the beating of our dislocated heart we feel that it is not a yard away from us but within us that the beloved creature was. Within us, in regions more or less superficial. But the words: ‘That friend is Mlle. Vinteuil’ had been the Open sesame which I should have been incapable of discovering by myself, which had made Albertine penetrate to the depths of my shattered heart. And the door that had closed behind her, I might seek for a hundred years without learning how it might be opened.

 

translated by C.K. Scott Moncrieff

Commenter cet article