Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

Proust pour tous: un calendrier qui a révolutionné l'Histoire. a revolutionary calendar

Publié le 30 Août 2011 par laurence grenier

Toujours sur  le temps, pour les éditions de la Spirale, j'ai trouvé une citation adéquate sur le temps mesuré grâce aux calendriers. 

 

Still investigating Time for my Editions de la Spirale book, I tackled its measurement by calendars.

 

[le directeur du Grand-Hôtel]: «Comment, vous ne m’avez pas vu découper moi-même les dindonneaux?» Je lui répondis que, n’ayant pu voir jusqu’ici Rome, Venise, Sienne, le Prado, le musée de Dresde, les Indes, Sarah dans Phèdre , je connaissais la résignation et que j’ajouterais son découpage des dindonneaux   liste. La comparaison avec l’art dramatique (Sarah dans Phèdre ) fut la seule qu’il parut comprendre, car il savait par moi que, les jours de grandes représentations, Coquelin aîné avait accepté des rôles de débutant, celui même d’un personnage qui ne dit qu’un mot ou ne dit rien. «C’est égal, je suis désolé pour vous. Quand est-ce que je découperai de nouveau? Il faudrait un événement, il faudrait une guerre.» (Il fallut en effet l’armistice.) Depuis ce jour-là le calendrier fut changé, on compta ainsi: «C’est le lendemain du jour où j’ai découpé moi-même les dindonneaux.» «C’est juste huit jours après que le directeur a découpé lui-même les dindonneaux.» Ainsi cette prosectomie donna-t-elle, comme la naissance du Christ ou l’Hégire, le point de départ d’un calendrier différent des autres, mais qui ne prit pas leur extension et n’égala pas leur durée.

Sodome et Gomorrhe, II, chapitre troisième

 

[the Grand Hotel manager] “What, you didn’t see me carving the turkey-poults myself?” I replied that having failed, so far, to see Rome, Venice, Siena, the Prado, the Dresden gallery, the Indies, Sarah in Phèdre , I had learned to resign myself, and that I would add his carving of turkey-poults to my list. The comparison with the dramatic art (Sarah in Phèdre ) was the only one that he seemed to understand, for he had already been told by me that on days of gala performances the elder Coque-lin had accepted a beginner’s parts, even that of a character who says but a single line or nothing at all. “It doesn’t matter, I am sorry for your sake. When shall I be carving again? It will need some great event, it will need a war.” (It did, as a matter of fact, need the armistice.) From that day onwards, the calendar was changed, time was reckoned thus: “That was the day after the day I carved the turkeys myself.” “That’s right, a week after the manager carved the turkeys himself.” And so this prosectomy furnished, like the Nativity of Christ or the Hegira, the starting point for a calendar different from the rest, but neither so extensively adopted nor so long observed.

Cities of the plain, II, 3

 


Commenter cet article