Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

Proust pour tous: sur la musique; on music

Publié le 5 Avril 2011 par laurence grenier

En juillet prochain, festival autour de Proust et la musique, à Saint Riquier, dans la baie de Somme http://www.musees.regioncentre.fr/Actualite/saint_riquier_baie_de_somme-2240.html?navID=&lang=&preprod=&idcat=B&idactualite=2240&mois=all&iddateactualite=3550

 

Par exemple, cette musique me semblait quelque chose de plus vrai que tous les livres connus. Par instants je pensais que cela tenait à ce que ce qui est senti par nous dans la vie ne l'étant pas sous forme d'idées, sa traduction littéraire, c'est-à-dire intellectuelle, en rend compte, l'explique, l'analyse, mais ne le recompose pas comme la musique où les sons semblent prendre l'inflexion de l'être, reproduire cette poine intérieure et extrême des sensations qui est la partie qui nous donne cette ivresse spécifique que nous retrouvons de temps en temps et que, quand nous disons: "Quel beau temps! quel beau soleil!" nous ne faisons nullement connaître au prochain, en qui le même soleil et le même temps éveillent des vibrations toutes différentes.

La prisonnière

 

For instance, this music seemed to me something truer than all known books. At moments I thought that this was due to the fact that, what we feel about life not being felt in the form of ideas, its literary, that is to say intellectual expression describes it, explains it, analyses it, but does not recompose it as does music, in which the sounds seem to follow the very movement of our being, to reproduce that extreme inner point of our sensations which is the part that gives us that peculiar exhilaration which we experience from time to time and which, when we say "What a fine day! What glorious sunshine!" we do not in the least communicate to others, in whom the same sun and the same weather evoke quite different vibrations.

The Captive, Trad. C.K. Scott Moncrieff

Commenter cet article