Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

proust pour tous: le plaisir d'être romancier; what a delight to be a novelist!

Publié le 25 Mars 2011 par laurence grenier in Actualités proustiennes- Proust news

En écoutant La prisonnière  sur CD, très bien dit par André Dussolier, je remarquai une allusion qui a dû faire un plaisir immense à l'auteur de la recherche, en lui permettant de relier des personnages tout à fait gratuitement, juste pour la joie de créer un monde où tout est relié.

As I was listening to The Captive read on tape, I noticed a gratuitous connection created by the novelist between two characters and realized how fun it is to create your own connected world.

 

[Charlus] Hé bien, l'année suivante j'allai à Balbec et là j'appris par un matelot qui m'emmenait quelquefois à la pêche que mon Théodore, lequel, entre parenthèses, a pour soeur la femme de chambre d'une amie de Mme Verdurin, la baronne Putbus, venait sur le port lever tantôt un matelot, tantôt un autre....

La prisonnière

 

[Charlus] Very well, the year after this, I went to Balbec, where I heard from a sailor who used to take me out fishing occasionally, that my Théodore, whose sister, I may mention, is the maid of a friend of Mme. Verdurin, Baroness Putbus, used to come down to the harbour to pick up now one sailor, now another,

The Captive

 

[Saint-Loup] "—De quoi parlions-nous? Ah! de cette grande blonde, la femme de chambre de Mme Putbus. Elle aime aussi les femmes, mais je pense que cela t’est égal; je peux te dire franchement, je n’ai jamais vu créature aussi belle.—Je me l’imagine assez Giorgione?—Follement Giorgione! Ah! si j’avais du temps à passer à Paris, ce qu’il y a de choses magnifiques à faire! Et puis, on passe à une autre. Car pour l’amour, vois-tu, c’est une bonne blague, j’en suis bien revenu."

Sodome et Gomorrhe

 

[Saint-Loup]


Commenter cet article