Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

proust pour tous: femmes trompées; unfaithfull men

Publié le 24 Juin 2012 par laurence grenier

Dans l'actualité élyséenne, on a beaucoup parlé ces derniers temps de femmes trahies, de familles détruites. 
Si seulemenent le président avait pris les chose simplement comme le Duc et la Duchesse de Guermantes, il n'y
aurait pas eu de scandale: je trouve qu'il faut retrouver une place à ce beau verbe de la langue française: 
trompailler
 LA PRINCESSE DE PARME : Mme d'Arpajon aime beaucoup la poésie.
LA DUCHESSE (à voix basse): Non, elle n'y comprend absolument rien. Elle devient littéraire depuis qu'elle 
est abandonnée. Je dirai à Votre Altesse que c'est moi qui porte le poids de tout ça, parce que c'est auprès de 
moi qu'elle vient gémir chaque fois que Basin n'est pas allé la voir, c'est-à-dire presque tous les jours. Ce n'est 
tout de même pas ma faute si elle l'ennuie, et je ne peux pas le forcer à aller chez elle, quoique j'aimerais mieux
qu'il lui fût un peu plus fidèle, parce que je la verrais un peu moins. Mais elle l'assomme et ce n'est pas 
extraordinaire. Ce n'est pas une mauvaise personne, mais elle est ennuyeuse à un degré que vous ne pouvez
 pas imaginer. Elle me donne tous les jours de tels maux de tête que je suis obligée de prendre chaque fois un 
cachet de pyramidon. Et tout cela parce qu'il a plu à Basin pendant un an de me 
trompailler avec elle. 

Le côté de Guermantes

 

 

 

PRINCESSE DE PARME (to the duchess): Mme d’Arpajon is very fond of poetry.                                                                                                                                                                                                                 THE DUCHESS (in an undertone, while Mme d’Arpajon discusses with another guest): No; she knows absolutely nothing about it. She has become literary since she’s been forsaken. I can tell your Highness that it is I who have to bear the whole burden of it because it is to me that she comes in floods of tears whenever Basin hasn’t been to see her, which is practically every day. And yet it isn’t my fault, after all, if she bores him, and I can’t force him to go to her, although I would rather he were a little more faithful to her, because then I shouldn’t see quite so much of her myself. But she drives him crazy, and there’s nothing extraordinary in that. She isn’t a bad sort, but she’s boring to a degree you can’t imagine. And all this because Basin took it into his head for a year or so to go to bed with her. And to have in addition a footman who has fallen in love with a little tart and goes about with a long face if I don’t request the young person to leave her profitable pavement for half an hour and come to tea with me! Oh! Life really is too tedious! (languorously)  (Mme d’Arpajon bored M. de Guermantes principally because he had recently fallen in love with another, whom I discovered to be the Marquise de Surgis-le-Duc).                                                                                                                                               

Commenter cet article