Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

Proust pour tous: demain, Fête des Mères; tomorrow Mother's Day

Publié le 2 Juin 2012 par laurence grenier

Demain, Fête des Mères, je serai donc à 17h au parc de Sceaux, et je déclamerai Proust, avec des extraits de A la recherche du temps perdu, autour du personnage de la mère du narrateur, de sa grand-mère et sa chère Mme de Sévigné écrivant à sa fille, et quelques histoires de ma propre mère .... Proustpourtous: Proust au parc de Sceaux; Proust in the park

 

Ma seule consolation, quand je montais me coucher, était que maman viendrait m’embrasser quand je serais dans mon lit. Mais ce bonsoir durait si peu de temps, elle redescendait si vite, que le moment où je l’entendais monter, puis où passait dans le couloir à double porte le bruit léger de sa robe de jardin en mousseline bleue, à laquelle pendaient de petits cordons de paille tressée, était pour moi un moment douloureux. Il annonçait celui qui allait le suivre, où elle m’aurait quitté, où elle serait redescendue. De sorte que ce bonsoir que j’aimais tant, j’en arrivais à souhaiter qu’il vînt le plus tard possible, à ce que se prolongeât le temps de répit où maman n’était pas encore venue.

Du côté de chez Swann

 

Tomorrow, Mother's Day: I'll speak of it in the Parc de Sceaux, about the Narrator's mother, his grandmother, Madame de Sévigné, and some stories from my own mother.

 

My sole consolation when I went upstairs for the night was that Mamma would come in and kiss me after I was in bed. But this good night lasted for so short a time: she went down again so soon that the moment in which I heard her climb the stairs, and then caught the sound of her garden dress of blue muslin, from which hung little tassels of plaited straw, rustling along the double-doored corridor, was for me a moment of the keenest sorrow. So much did I love that good night that I reached the stage of hoping that it would come as late as possible, so as to prolong the time of respite during which Mamma would not yet have appeared.

Swann's Way

Commenter cet article