Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

proust pour tous: aimer à un âge mûr; love and maturity

Publié le 15 Janvier 2012 par laurence grenier

Comme je viens d'avoir une dispute avec mon Jules, qui s'est vite terminée par une réconciliation sans plus d'explications, je me dis que seule l'expérience m'a donné la sagesse de m'adapter très vite à un différent sentimental et passer au chapitre suivant.

A cette époque de la vie, on a déjà été atteints plusieurs fois par l'amour; il n'évolue plus seul suivant ses propres lois inconnues et fatales, devant notre coeur étonné et passif. Nous venons à son aide, nous le faussons par notre mémoire, par la suggestion. En reconnaissant un des symptômes, nous nous rappelons, nous faisons renaître les autres. Comme nous possédons sa chanson, gravée en nous tout entière, nous n'avons pas besoin qu'une femme nous en dise le début - rempli par l'admiration qu'inspire la beauté -, pour en trouver la suite. Et si elle commence au milieu, - là où les coeurs se rapprochent, où l'on parle de n'exister plus que l'un pour l'autre -, nous avons assez l'habitude de cette musique pour rejoindre tout de site notre partenaire au passage où elle nous attend.

Du côté de chez Swann, Un amour de Swann

 

éditions de la spirale

 

 

As I just fought with my boyfriend, and that a quick reconciliation followed, I said to myself that my age and experience only could have given me the wisdom to go to the next chapter of our relationship.

At this time of life a man has already been wounded more than once by the darts of love; it no longer evolves by itself, obeying its own incomprehensible and fatal laws, before his passive and astonished heart. We come to its aid; we falsify it by memory and by suggestion; recognizing one of its symptoms we recall and recreate the rest. Since we possess its hymn, engraved on our hearts in its entirity, there is no need of any woman to repeat the opening lines, potent with the admiration which her beauty inspires, for us to remember all that follows. And if she begins in the middle, wher it sings of our existing, henceforward, for one another only, we are well enough attuned to that music to be able to take it up and follow our partner, without hesitation, at the first pause of her voice.

Swann's way; Swann in love

 

éditions de la spirale

Commenter cet article