Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

Proust par coeur; Proust by heart

Publié le 23 Novembre 2012 par laurence grenier

http://www.editionsdelaspirale.com/,  in English: http://www.editionsdelaspirale.com/product/Les-sagesses-de-Marcel-Proust2

 

La boucle est bouclée: j'ai 2 dadas: le "par coeur" et  A la recherche du temps perdu. Je vais lancer la semaine prochaine une grande campagne: Vous en souvenez-vous? par coeur (voir les textes les plus connus aux Editions de la Spirale, que je recommande vivement pour des cadeaux de Noël: http://www.editionsdelaspirale.com/, ), et  je travaille sur une méthode demémorisation; on risque donc de me demander de faire mes preuves. DONC J'APPRENDS DU PROUST PAR COEUR.

Je sais déjà:  (je l'ai écrit de mémoire et en souligné, cherchez l'erreur!)

 

Et comme dans ce jeu où les Japonais s'amusent à tremper dans  un bol de porcelaine rempli d'eau de petits morceaux de papier jusque là indistincts qui, à peine y sont-ils plongés s'étirent, se déforment, se contournent, se colorent, deviennent des fleurs, des maisons, des personnages consistants et reconnaissables, de même maintenant les fleurs de notre jardin, et celles du parc de M. Swann, et les nymphéas de la Vivonne, et les bonnes gens du village et leurs petits logis, et l'église et tout Combray et ses environs, tout ce qui prend forme et solidité est sorti, ville et jardins, de ma tasse de thé.

Du côté de chez Swann

 

 

I am finallly learning Proust by heart, and the first text I successfully memorized is one of my favorites:

 

And just as the Japanese amuse themselves by filling a porcelain bowl with water and steeping in it little crumbs of paper which until then are without character or form, but, the moment they become wet, stretch themselves and bend, take on colour and distinctive shape, become flowers or houses or people, permanent and recognisable, so in that moment all the flowers in our garden and in M. Swann’s park, and the water-lilies on the Vivonne and the good folk of the village and their little dwellings and the parish church and the whole of Combray and its surroundings, taking their proper shapes and growing solid, sprang into being, town and gardens alike, from my cup of tea.

 Swann's Way

 

Commenter cet article