Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

Proust n'a rien dit des anniversaires, mais... Proust told nothing about birthdays, but...

Publié le 5 Août 2012 par laurence grenier

Pour mon anniversaire je recherche dans la Recherche, quelque chose de général sur le temps qui passe, car la précision temporelle est à l'opposé du style de l'oeuvre:

 

J'avais vu pendant l'affaire Dreyfus, pendant la guerre, dans la médecine, croire que la vérité est un certain fait, que les ministres, le médecin, possèdent un oui ou non qui n'a pas besoin d'interprétation, qui fait qu'un cliché radiographique indique sans interprétation ce qu'a le malade, que les gens du pouvoir savaient si Dreyfus était coupable, savaient  (sans avoir besoin d'envoyer Roques enquêter sur place) si Sarrail avait ou non les moyens de marcher en même temps que les Russes. Il n'est pas une heure de ma vie qui n'eût servi à m'apprendre que seule la perception plutôt grossière et erronée place tout dans l'objet quand tout au contraire est dans l'esprit.

Le Temps rerouvé

 

 

 In medicine, in the Dreyfus affair, during the war, I had seen people believe that truth is a thing owned and possessed by ministers and doctors, a yea or a nay which has no need of interpretation, which-enables a radiographie plate to indicate, without interpretation, what is the matter with an invalid, which enables those in power to know that Dreyfus was guilty, to know (without despatching Roques to investigate on the spot) whether Sarrail had the necessary resources to advance at the same time as the Russians. There had not been an hour of my life which might not have thus served to teach me, as I have said, that only crudely erroneous perception places everything in the object; while, to the contrary, everything is in the mind.

Time Regained

Commenter cet article