Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

poust pour tous pour proust: une belle coupe de fruits; a beautiful fruit cup

Publié le 29 Mars 2011 par laurence grenier

En faisant un tas des fruits variés et colorés que je viens de rapporter du marché, je pense à Mme Verdurin s'émerveillant devant le talent factice de Ski.

As I put the fruit I bought at the farmer's market in a basket, I think of what Mme Verdurin said of the fake talent of Ski.

 

Qu'est-ce que c'est que cette chose si jolie de ton que nous mangeons ? demanda Ski. – Cela s'appelle de la mousse à la fraise, dit Mme Verdurin. – Mais c'est ra-vis-sant. Il faudrait faire déboucher des bouteilles de Château-Margaux, de Château-Lafite, de Porto. – Je ne peux pas vous dire comme il m'amuse, il ne boit que de l'eau, dit Mme Verdurin pour dissimuler sous l'agrément qu'elle trouvait à cette fantaisie l'effroi que lui causait cette prodigalité. – Mais ce n'est pas pour boire, reprit Ski, vous en remplirez tous nos verres, on apportera de merveilleuses pêches, d'énormes brugnons, là, en face du soleil couché ; ça sera luxuriant comme un beau Véronèse. – Ça coûtera presque aussi cher, murmura M. Verdurin. – Mais enlevez ces fromages si vilains de ton, dit-il en essayant de retirer l'assiette du Patron, qui défendit son gruyère de toutes ses forces.

Sodome et Gomorrhe

 

What is this charmingly coloured thing that we are eating?” asked Ski. “It is called strawberry mousse,” said Mme. Verdurin. “But it is ex-qui-site. You ought to open bottles of Château-Margaux, Château-Lafite, port wine.” “I can’t tell you how he amuses me, he never drinks anything but water,” said Mme. Verdurin, seeking to cloak with her delight at such a flight of fancy her alarm at the thought of so prodigal an outlay. “But not to drink,” Ski went on, “you shall fill all our glasses, they will bring in marvelous peaches, huge nectarines, there against the sunset; it will be as gorgeous as a fine Veronese.” “It would cost almost as much,” M. Verdurin murmured. “But take away those cheeses with their hideous colour,” said Ski, trying to snatch the plate from before his host, who defended his gruyère with his might and main.

Cities of the plain


Commenter cet article