Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

le mur des cons; assholes pinned on the wall

Publié le 27 Avril 2013 par proust pour tous

Furie médiatique autour de ce tableau malencontreusement affiché chez nos magistrats ("le mur des cons"). Voilà où mène le sport français par excellence, persifflage,et moquerie! mais ne peut-on le pratiquer avec panache?

 

Le nom de M. de Luxembourg étant revenu sur le tapis, l’ambassadrice de Turquie raconta que le grand-père de la jeune femme (celui qui avait cette immense fortune venue des farines et des pâtes) ayant invité M. de Luxembourg à déjeuner, celui-ci avait refusé en faisant mettre sur l’enveloppe: «M. de ***, meunier», à quoi le grand-père avait répondu: «Je suis d’autant plus désolé que vous n’ayez pas pu venir, mon cher ami, que j’aurais pu jouir de vous dans l’intimité, car nous étions en petit comité et il n’y aurait eu au repas que le meunier, son fils et vous.»

Le côté de Guermantes, II, II

 

 

 

Nouveau:  Les sept leçons de Marcel Proust 
link

 

 

 

Storm in the media around a wall covered of public figures' photographs designed as "assholes", located in a private room of a judge trade-union. Result of a favorite French sport: mocking others.

 

M. de Luxembourg’s name having come up again in the course of the conversation, the Turkish Ambassadress told us how, the young bride’s grandfather (he who had made that immense fortune out of flour and cereals) having invited M. de Luxembourg to luncheon, the latter had written to decline, putting on the envelope: “M. So-and-So, Miller,” to which the grandfather had replied: “I am all the more disappointed that you were not able to come, my dear friend, because I should have been able to enjoy your society quite intimately, for we were quite an intimate party, just ourselves, and there would have been only the Miller, his Son, and you.” (note: it refers to title of La Fontaine’s fable: The Miller, his Son and the Donkey)

The Guermantes Way II,II

 

 

Commenter cet article

baz 27/04/2013 19:16


persiflage et moquerie mais sans vouloir nuir. Nous pendre aussi pour un bon mot ! Dans ses descriptions des salons ( je pense particulièrement à celui de madame Villeparisis) Proust n('est pas
le dernier à aiguiser son esprit sur les ridicules qui appartiennet à chacun.


 

zaza 27/04/2013 07:54


J'adore. Je colle dans FB pour relever le niveau...Merci.

proust pour tous 27/04/2013 08:55



T'es dans facebook? moi aussi....