Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

A la recherche du temps perdu: In Search of Lost Time

Publié le 2 Octobre 2012 par laurence grenier

Je reprends mon essai interrompu sur le temps qui passe: je ne sais pas pourquoi hier entre Denfert-Rochereau et La Motte Piquet-Grenelle, le temps m'a paru interminable, et ce n'est pas parce que j'allais rejoindre Jules, mais l'attente entre chaque station m'apparaissait comme une éternité, pourtant je ne peux parler d'Adoration perpétuelle. Jacques Benoist-Méchin rapporte, dans À l’épreuve du temps, cette confidence de Marcel Prousthttp://www.notionis.com/blog/le-yoga-de-lecriture-adoration-perpetuelle-et-verite-chez-proust/

« La Recherche du Temps perdu, comme son nom l’indique, est un long voyage. Non point à travers l’espace ou le temps, mais à travers l’âme humaine, une plongée vers cette zone où tout serait communicable, où nous pourrions voir non point un autre monde – car je ne suis pas certain qu’il existe – mais ce monde-ci avec les yeux d’un autre, de cent autres, voir les cent univers qu’est chacun d’eux. Nous entrerions alors dans un état ineffable, semblable à celui que les Pères de l’Église appelaient « la Communion des Saints »… J’ai pensé tout d’abord achever mon œuvre par un volume qui se serait appelé l’Adoration perpétuelle.

Vous en retrouverez la trace au verso du faux titre de la première édition de Swann, parue chez Grasset. Finalement, j’ai dû me résigner à l’appeler le Temps retrouvé . C’était tout ce que je pouvais faire. Toute la souffrance de ma vie, toute l’expérience que j’ai accumulée en moi depuis ma jeunesse, tient dans l’écart entre ces deux titres. Il mesure en quelque sorte l’étendue de ma défaite… oui, de ma défaite. Je n’y peux rien. Vouloir pénétrer dans ce… comment dire ? dans cette zone lumineuse où l’homme échapperait aux ravages du vieillissement était une tentative désespérée. Je ne pense pas que personne l’ait tentée avant moi avec les mêmes moyens d’approche… Pendant une période assez brève j’ai voulu me persuader que l’Adoration perpétuelle et le Temps retrouvé étaient la même chose. Mais je n’ai pas pu m’abuser bien longtemps. C’était un leurre. Comme l’amitié, comme l’amour… J’ai tout sacrifié à la vérité et la vérité est triste : il n’y a pas d’extase durable… Il y aurait tant à dire là-dessus… Mais l’heure avance. Je ne veux pas vous retenir. Nous en reparlerons une autre fois… »p.153-154.Ed.Julliard.

La vérité ne commencera qu’au moment où l’écrivain prendra deux objets différents, posera leur rapport, analogue dans le monde de l’art à celui qu’est le rapport unique de la loi causale dans le monde de la science, et les enfermera dans les anneaux nécessaires d’un beau style. Même […] il dégagera leur essence commune en les réunissant l’une et l’autre […] dans une métaphore. […] Le rapport peut être peu intéressant, les objets médiocres, le style mauvais, mais tant qu’il n’y a pas eu cela il n’y a rien.

Ce livre essentiel, le seul livre vrai, un grand écrivain n’a pas, dans le sens courant, à l’inventer puisqu’il existe déjà en chacun de nous, mais à le traduire. Le devoir et la tâche d’un écrivain sont ceux d’un traducteur. 

Le Temps retrouvé

 That unique relation which the writer must discover in order that he may link two different states of being together for ever in a phrase. In describing objects one can make those which figure in a particular place succeed each other indefinitely; the truth will only begin to emerge from the moment that the writer takes two different objects, posits their relationship, the analogue in the world of art to the only relationship of causal law in the world of science, and encloses it within the circle of fine style. In this, as in life, he fuses a quality common to two sensations, extracts their essence and in order to withdraw them from the contingencies of time, unites them in a metaphor, thus chaining them together with the indefinable bond of a verbal alliance. 

Time Regained


Commenter cet article
Z
<br /> Coucou Zizi !<br /> <br /> <br /> Que cette "confidence" me paraît peu authentique !<br /> <br /> <br /> Je ne saurais dire pourquoi, question de style sans doute, et surtout le fait que Proust ait si peu explicité son oeuvre, qui n'en a pas besoin. Mais je me trompe peut-être...?<br /> <br /> <br /> Pas à Paris ce week-end, je viendrai bientôt auprès de ton arbre, et nous serons heureux.<br /> <br /> <br /> Bises<br />
Répondre
L
<br /> ce dimanche à 17h, j'espère vous y rencontrer avec d'autres "de notre espèce". Amicalement. Laurence<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
B
<br /> Bojour<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> merci de ce texte que je ne connaissais pas. Je suis parti dans ce voyage il y a une année déjà. Je sais que l'on en revient sans être le même homme. Les rares personnes qui peuvent comprendre<br /> cela doivent non seulement savoir le lire mais en plus le ressentir. Nous appartenons à la même espèce. heureux de vous avoir découvert in the monde. Quand sous votre arbre ?<br /> <br /> <br /> Amitiés<br />
Répondre