Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

Pour la saint Valentin, des chansons d'amour sans musique mais PAR CŒUR au PALAIS ROYAL

Publié le 13 Février 2023 par proust pour tous

Je viens de lire dans que plusieurs acteurs de la Comédie Française se sont lancés dans la chanson (de fait des chansons de Serge Gainsbourg), ce qui est amusant, alors que notre petite troupe voisine (le péristyle Montpensier jouxte la salle Richelieu) utilise souvent des paroles de chansons, mais SANS MUSIQUE. Les acteurs chantent, les chanteurs récitent, un jeu de rôle digne du Palais Royal!

L'un des adeptes de ces textes de chanson s'appelle Léopold Thievend, il est très jeune mais déterminé à faire entrer la chanson française dans le patrimoine mondial de l'UNESCO: 

Demain donc, en ce jour de Saint-Valentin, venez dire textes amoureux de toutes tailles et toutes origines, de votre choix (on peut aussi éluder le sujet). Pour ma part je réciterai un vers de La Fontaine

Deux pigeons s'aimaient d'amour tendre,

et une strophe extraite de "Je n'aime pas dormir" de Jean Cocteau  citée par une fan de Marcel Proust, qui n'habite pas Paris. Ce petit texte était dans le portefeuille de son père, en hommage à sa mère:

Ah! je voudrais, gardant ton profil sur ma gorge,

Par ta bouche qui dort

Entendre de tes seins la délicate forge

Souffler jusqu'à ma mort.

 

Mon père était plus cynique, il citait très souvent une maxime de La Rochefoucauld:

L'amour prête son nom à un nombre infini de commerces qu'on lui attribue, et où il n'a n on plus de part que le Doge de ce qui se fait à Venise

 

DEMAIN, MARDI 14 FEVRIER à 18H, pour la Saint-Valentin, venez réciter des textes d'amour, ou pas.
 

Et pourquoi pas un texte à 2 voix ?

 

"Qu'il fasse beau, qu'il fasse laid, c'est mon habitude d'aller sur les SIX heures du soir me promener au Palais-Royal."

 

 

 

 

Commenter cet article