Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

Une visite au Louvre

Publié le 1 Août 2021 par proust pour tous

Les oiseaux de Braque dans la salle Henri II du Louvre

Quel plaisir de se balader dans un Louvre quasiment privé de touristes ! C'est une idée de Jules: en août nous allons visiter en détails de nombreux lieux parisiens. Et tout d'abord le Louvre, sous son aspect architectural et décoratif. Plusieurs guides sur l'histoire du musée/palais sont explorés, et nous voici, salle Henri II, sous le plafond d'or et orné d' une peinture de Georges Braque. L'alliance du moderne (très sobre) et de l'ancien (très chargé) est une réussite parfaite. la date de l'installation est de 1953.

Donc Proust, qui a beaucoup fréquenté le Louvre (cité 14 fois dans la recherche) n'a pu contempler ce chef-d'oeuvre, mais qu'a-t-il dit du Louvre ? Voici un extrait qui m'a bien amusée, et dont le titre pourrait être: Art et snobisme, Mme de Cambremer-Legrandin en étant l'une des meilleures représentantes:

« Du reste, continua Mme de Cambremer, j'ai horreur des couchers de soleil, c'est romantique, c'est opéra. C'est pour cela que je déteste la maison de ma belle-mère, avec ses plantes du Midi. Vous verrez, ça a l'air d'un parc de Monte-Carlo. C'est pour cela que j'aime mieux votre rive. C'est plus triste, plus sincère ; il y a un petit chemin d'où on ne voit pas la mer. Les jours de pluie, il n'y a que de la boue, c'est tout un monde. C'est comme à Venise, je déteste le Grand Canal et je ne connais rien de touchant comme les petites ruelles. Du reste c'est une question d'ambiance. – Mais », lui dis-je, sentant que la seule manière de réhabiliter Poussin aux yeux de Mme de Cambremer c'était d'apprendre à celle-ci qu'il était redevenu à la mode, « M. Degas assure qu'il ne connaît rien de plus beau que les Poussin de Chantilly. – Ouais ? Je ne connais pas ceux de Chantilly, me dit Mme de Cambremer qui ne voulait pas être d'un autre avis que Degas, mais je peux parler de ceux du Louvre qui sont des horreurs. – Il les admire aussi énormément. – Il faudra que je les revoie. Tout cela est un peu ancien dans ma tête », répondit-elle après un instant de silence et comme si le jugement favorable qu'elle allait certainement bientôt porter sur Poussin devait dépendre, non de la nouvelle que je venais de lui communiquer, mais de l'examen supplémentaire et cette fois définitif qu'elle comptait faire subir aux Poussin du Louvre pour avoir la faculté de se déjuger. Me contentant de ce qui était un commencement de rétractation puisque si elle n'admirait pas encore les Poussin, elle s'ajournait pour une seconde délibération, pour ne pas la laisser plus longtemps à la torture je dis à sa belle-mère combien on m'avait parlé des fleurs admirables de Féterne. Sodome & Gomorrhe

A notre prochaine visite au Louvre, je prévois un petit tour devant les Poussin! 

Paysage avec Diogène, de Nicolas Poussin, musée du Louvre

 

 

Commenter cet article

Gilles 01/08/2021 09:34

Quel bonheur que vous restiez à Paris pour nous en faire profiter pendant nos vacances...????

Dominique Badier 01/08/2021 09:09

Très bel article,merci.J aurais aimé vous accompagner dans cette visite et autres lieux parisiens !
Au plaisir de vous lire
Amicalement
Dominique