Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

LE PETIT PAN DE MUR JAUNE: quand Philippe Ridet donne une leçon d'écriture (fiction)

Publié le 25 Septembre 2020 par proust pour tous

 

Philippe Ridet, journaliste au Monde et sur Arte, media pour lesquels il fait de remarquables portraits, qui ne valent cependant pas son roman parfait : "Ce crime est à moi.", m'a inspiré l'un de mes épisodes vermeerien-proustiens, je vais le raconter dimanche matin à 11 h à la Bibliothèque de Sceaux.

Journaliste et écrivain

La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue,  c'est la littérature. Cette vie qui, en un sens, habite à chaque instant chez tous les hommes aussi bien que chez l'artiste. Mais ils ne la voient pas, parce qu'ils ne cherchent pas à l'éclaircir. 

Il avait raison, les critiques, les officiels, venus en nombre à l’inauguration de cette exposition de tableaux hollandais prêtés par divers musées, se pressaient pour cet évènement qui permettrait aux Parisiens de voir de près quelques-uns des rares (32 ?) tableaux attribués à  Vermeer, Des critiques d’art mais aussi des critiques littéraires, des journalistes, parmi lesquels un grand reporter du Monde, Philippe Ridet, connu pour sa plume, dont le piquant et la légèreté lui avaient assuré une cour d’admirateurs parmi ses lecteurs et quelques inimitiés parmi les modèles de ses portraits.

 

Je suis venu pour le petit pan de mur jaune, où est-il ? est-ce ce petit toit ? mais oui car "petit pan de mur jaune avec auvent", au moins l’auvent y est, et le jaune aussi, mais le mur ? N’est-ce pas plutôt cette tache jaune à la droite du tableau ? Quoiqu’il en soit, Proust avec ce détail qui hypnotise Bergotte à l’heure de sa mort me donne envie d’écrire mon roman, un roman, c’est l’opposé d’un article, où l’on se heurte à la recherche de la vérité, disons plutôt à l’exactitude, alors que dans le roman on peut tout dire, oui je vais écrire mon roman.

C’est drôle ce que vous dîtes, car savez-vous que cet épisode de la mort de Bergotte a été inspiré par la visite de Proust à l’exposition dont le musée s’est inspiré aujourd’hui. Il y a fait un malaise alors qu’il était en compagnie de Jean-Louis Vaudoyer, qu’il a remercié en évoquant dans la Recherche (La prisonnière) son article concernant cette exposition. J’ai justement sur moi les notes concernant l’article comparé à sa transformation par l’écrivain :

L’article de Vaudoyer : "Il y a dans le métier de Vermeer une patience chinoise, une faculté de cacher la minutie et le procédé de travail qu’on ne retrouve que dans les peintures, les laques et les pierres taillées d’Extrême Orient."

devient :

« Mais un critique ayant écrit que dans la Vue de Delft de Ver Meer (prêté par le musée de La Haye pour une exposition hollandaise), tableau qu'il adorait et croyait connaître très bien, un petit pan de mur jaune (qu'il ne se rappelait pas) était si bien peint qu'il était, si on le regardait seul, comme une précieuse œuvre d'art chinoise, d'une beauté qui se suffirait à elle-même, Bergotte mangea quelques pommes de terre, sortit et entra à l'exposition. »
 

Et encore, dans l’article du journaliste : 

 "Vous revoyez cette étendue de sable rose doré, laquelle fait le premier plan de la toile et où il y a une femme en tablier bleu qui crée autour d’elle, par le bleu, une harmonie prodigieuse ; vous revoyez les sombres chalands amarrés ; et ces maisons de brique, peintes dans une matière si précieuse, si massive, si pleine, que vous en isolez une petite surface en oubliant le sujet, vous croyez avoir sous les yeux aussi bien de la céramique que de la peinture."   

transformé ainsi :

« il fut devant le Ver Meer qu'il se rappelait plus éclatant, plus différent de tout ce qu'il connaissait, mais où, grâce à l'article du critique, il remarqua pour la première fois des petits personnages en bleu, que le sable était rose, et enfin la précieuse matière du tout petit pan de mur jaune. »

Enfin :

" Au milieu du siècle dernier, Vermeer de Delft était exactement, non point un méconnu, mais un inconnu." 

ressuscité en :

« …. Comme le pan de mur jaune que peignit avec tant de science et de raffinement un artiste à jamais inconnu, à peine identifié sous le nom de Ver Meer. »

– Belle leçon d’écriture, n’est-ce pas ? 

 

Commenter cet article