Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

Feuilleton érotique de Marcel Proust: épisode 51

Publié le 18 Octobre 2019 par proust pour tous in feuilleton érotique

 

Mais où sont les pissotières d'antan ?

 

Le témoignage des sens est lui aussi une opération de l'esprit où la conviction crée l'évidence. Nous avons vu bien des fois le sens de l'ouïe apporter à Françoise non le mot qu'on avait prononcé, mais celui qu'elle croyait le vrai, ce qui suffisait pour qu'elle n'entendît pas la rectification implicite d'une prononciation meilleure. Notre maître d'hôtel n'était pas constitué autrement. M. de Charlus portait à ce moment-là – car il changeait beaucoup – des pantalons fort clairs et reconnaissables entre mille. Or notre maître d'hôtel, qui croyait que le mot « pissotière » (le mot désignant ce que M. de Rambuteau avait été si fâché d'entendre le duc de Guermantes appeler un édicule Rambuteau) était « pistière », n'entendit jamais dans toute sa vie une seule personne dire « pissotière », bien que bien souvent on prononçât ainsi devant lui. Mais l'erreur est plus entêtée que la foi et n'examine pas ses croyances. Constamment le maître d'hôtel disait : « Certainement M. le baron de Charlus a pris une maladie pour rester si longtemps dans une pistière. Voilà ce que c'est que d'être un vieux coureur de femmes. Il en a les pantalons. Ce matin, madame m'a envoyé faire une course à Neuilly. À la pistière de la rue de Bourgogne j'ai vu entrer M. le baron de Charlus. En revenant de Neuilly, bien une heure après, j'ai vu ses pantalons jaunes dans la même pistière, à la même place, au milieu, où il se met toujours pour qu'on ne le voie pas. » La prisonnière

 

Et pour montrer que je suis pour ma propre gouverne Proust à l'école, conçu par Laurent Angard, je vais me servir d'une de ses recettes pédagogiques: des titres alléchants.

Lecture en écho:

C'est un grand proustien, Jean-Jacques Salomon, qui se cache sous le nom de Claude Lussac, et c'est ce qu'il nous a raconté avec verve (n'a-t-il pas gagné le prix des pastiches de Proust 1919, organisé par la Société des amis de Marcel proust?) : Suite à la parution de son livre, il avait reçu un appel d'un cousin américain, qui avait découvert son nom dans un article en première page du New York Time, pas de quoi crier au génie littéraire enfin reconnu, mais tout de même un petit plaisir d'amour propre !

Commenter cet article