Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

ACTUALITÉ: une histoire de couleur (bleu ciel)

Publié le 1 Octobre 2019 par proust pour tous in Actualités proustiennes- Proust news

 

C'est First, l'éditeur de Du côté de chez Proust qui a choisi la couleur bleu ciel de la couverture. J'en eus critiques et compliments, alors que je pensai: appelons-le "le petit livre bleu" (en espérant en produire autant que "le petit livre rouge"). Et c'est avec émotion que j'écoutai cet après-midi le récit de Laurent Angard, qui va s'appuyer sur le petit livre bleu pour enseigner Proust à ses élèves de troisième (voir "Proust à l'école") : "Une jeune fille de ma classe, réfugiée syrienne, m'a dit, en me donnant les 2 euros qui participent à l'achat de chaque exemplaire, qu'elle était impatiente de le recevoir (je distribuerai les livres demain) car c'était le premier livre qu'elle achetait, et qu'elle l'aimait déjà, surtout pour sa jolie couleur !"

 

Du bleu, du bleu ! comme à Venise

Comme à Combray les bonnes gens de la rue de l'Oiseau, dans cette nouvelle ville aussi les habitants sortaient bien des maisons alignées l'une à côté de l'autre dans la grand-rue ; mais ce rôle de maisons projetant un peu d'ombre à leurs pieds était, à Venise, confié à des palais de porphyre et de jaspe, au-dessus de la porte cintrée desquels la tête d'un dieu barbu (en dépassant l'alignement, comme le marteau d'une porte à Combray) avait pour résultat de rendre plus foncé par son reflet, non le brun du sol, mais le bleu splendide de l'eau. Sur la Piazza l'ombre qu'eussent développée à Combray la toile du magasin de nouveautés et l'enseigne du coiffeur, c'étaient les petites fleurs bleues que sème à ses pieds sur le désert du dallage ensoleillé le relief d'une façade Renaissance, non pas que quand le soleil tapait fort on ne fût obligé, à Venise comme à Combray, de baisser, au bord du canal, des stores. Albertine disparue

 

Commenter cet article