Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

En octobre, Proust partout: Vagabondage proustien, de Combray à Balbec

Publié le 15 Septembre 2019 par proust pour tous in Actualités proustiennes- Proust news

MEZ – de MEZERAC exposera au Salon d’AUTOMNE du 10 au 13 octobre

 

Octobre 2019: Proust partout

lors de l'exposition aux Champs-Elysées, normal !

et puis, à l'hôtel Le Swann, temple de la prousterie parisienne :

le 3 octobre, une bonne odeur de madeleine flottera, avec Nicolas Ragonneau et Jérôme Prieur

 

 

toujours au Swann, le 8 octobre, Luc Fraisse présentera des nouvelles  inédites de Marcel Proust, une nouvelle "émeute littéraire"?

 

 à Cabourg, le 27 octobre: un salon de livre autour du centenaire du prix Goncourt de Proust pour A l'ombre des jeunes filles en fleurs, (surtout ne pas rater la section jeunesse où j'animerai un atelier d'illustrations des métaphores de Proust), en particulier celle-ci: 

Et le soir ils ne dînaient pas à l'hôtel où les sources électriques faisant sourdre à flots la lumière dans la grande salle à manger, celle-ci devenait comme un immense et merveilleux aquarium devant la paroi de verre duquel la population ouvrière de Balbec, les pêcheurs et aussi les familles de petits bourgeois, invisibles dans l'ombre, s'écrasaient au vitrage pour apercevoir, lentement balancée dans des remous d'or, la vie luxueuse de ces gens, aussi extraordinaire pour les pauvres que celle de poissons et de mollusques étranges 

ou celle-là:

 

Pour ma part, afin de garder, pour pouvoir aimer Balbec, l'idée que j'étais sur la pointe extrême de la terre, je m'efforçais de regarder plus loin, de ne voir que la mer, d'y chercher des effets décrits par Baudelaire et de ne laisser tomber mes regards sur notre table que les jours où y était servi quelque vaste poisson, monstre marin, qui, au contraire des couteaux et des fourchettes, était contemporain des époques primitives où la vie commençait à affluer dans l'Océan, au temps des Cimmériens, et duquel le corps aux innombrables vertèbres, aux nerfs bleus et roses, avait été construit par la nature, mais selon un plan architectural, comme une polychrome cathédrale de la mer.

Commenter cet article