Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

la liste des phrases à apprendre par coeur s'allonge: 2 grosses surprises

Publié le 5 Mars 2019 par proust pour tous

/ un Fan de Proust grincheux qui trouve l'idée d'apprendre des extraits par coeur ridicule:

Quels poncifs.... pourrait-on un jour dépasser les sacro saintes madeleines, usées d’avoir trop servi, et qui ne sont qu’un micro aspect de la Recherche?!

Il en rajoute:

 Faire une anthologie des phrases “par cœur” de Proust est une idiotie sans nom: c’est n’avoir rien compris à la recherche, et c’est proprement consternant! Je m’empresse de quitter ce groupe décidément pas au niveau!

Grâce à cet atrabilaire proustien, ma liste récupère une  phrase splendide de signification qu'il avait employée en réponse à ma suggestion d'une phrase qui lui serait particulièrement chère:

IL N'Y A PAS DE REPONSE

2/ et maintenant à l'international, proposé par un "Proustians worldwide" Chris Dilworth 

.When we are in love, our love is too big a thing for us to be able altogether to contain it within ourselves. It radiates towards the loved one, finds there a surface which arrests it, forcing it to return to its starting-point, and it is this repercussion of our own feeling which we call the other's feelings and which charms us more then than on its outward journey because we do not recognise it as having originated in ourselves. .Within a budding grove, Madame Swann At Home.... traduction de  C. K. Scott Moncrieff and Terence Kilmartin .

En version  originale:

Quand on aime l'amour est trop grand pour pouvoir être contenu tout entier en nous ; il irradie vers la personne aimée, rencontre en elle une surface qui l'arrête, le force à revenir vers son point de départ et c'est ce choix en retour de notre propre tendresse que nous appelons les sentiments de l'autre et qui nous charme plus qu'à l'aller, parce que nous ne reconnaissons pas qu'elle vient de nous.

Commenter cet article