Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

DÉFENSE DE LA PHRASE LONGUE à-la-Proust; lancement de la campagne

Publié le 9 Avril 2018 par proust pour tous

Je n'ai pas abandonné mon désir de faire lire Proust au plus grand nombre, et l'obstacle que l'on m'oppose est presque toujours "la phrase est trop longue", il faut donc que le lecteur potentiel aime cette phrase unique par son rythme, sa longueur, sa poésie, sa qualité d'être un tout à elle seule.... 

Je vais organiser dans le Parc de Sceaux, là où j'ai déclamé Proust sous un arbre du temps où j'étais pharmacienne, une grande farandole dont les membres porteront chacun une pancarte sur laquelle sera tracé un mot, et la phrase ainsi formée se déroulera gracieusement, en un charmant ballet littéraire. Et j'espère faire filmer cette farandole intelligente par un drone qui verra ces pancartes levées vers le ciel.

Si vous voulez organiser une telle fête, ou si vous voulez venir à Sceaux, faites-le moi savoir, surtout si vous enseignez à l'école. Je vous tiens au courant. En attendant voici la première phrase qui m'est très chère (elle m'a fait pleurer pendant des années, en un choc esthétique nommé le syndrome de Stendhal) : 

Et comme dans ce jeu où les Japonais s’amusent à tremper dans un bol de porcelaine rempli d’eau, de petits morceaux de papier jusque-là indistincts qui, à peine y sont-ils plongés s’étirent, se contournent, se colorent, se différencient, deviennent des fleurs, des maisons, des personnages consistants et reconnaissables, de même maintenant toutes les fleurs de notre jardin et celles du parc de M. Swann, et les nymphéas de la Vivonne, et les bonnes gens du village et leurs petits logis et l’église et tout Combray et ses environs, tout cela que prend forme et solidité, est sorti, ville et jardins, de ma tasse de thé. COMBRAY (Du côté de chez Swann) 

On retrouve cette phrase dans ce livre qui arrive cette semaine dans les librairies où qu'on peut commander sur le site des Éditions de la Spirale: COMBRAY illustré par Armel Siret

 

Commenter cet article