Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

LES SAGESSES DE MARCEL PROUST: Vivre en société THE WISDOMS OF MARCEL PROUST: Society

Publié le 9 Mai 2017 par proust pour tous

VIVRE EN SOCIÉTÉ

Comment saluer discrètement ceux qu'on a honte de rencontrer en public

 

Il passa contre nous, ne s'interrompit pas de parler à sa voisine, et nous fit du coin de son oeil bleu un petit signe en quelque sorte intérieur aux paupières et qui, n'intéressant pas les muscles de son visage, put passer

parfaitement inaperçu de son interlocutrice ; mais, cherchant à compenser par l'intensité du sentiment le champ un peu étroit où il en circonscrivait l'expression, dans ce coin d'azur qui nous était affecté il fit pétiller tout l'entrain de la bonne grâce qui dépassa l'enjouement, frisa la malice ; il subtilisa les finesses de l'amabilité jusqu'aux clignements de la connivence, aux demi-mots, aux sous-entendus, aux mystères de la complicité ; et finalement exalta les assurances d'amitié jusqu'aux protestations de tendresse, jusqu'à la déclaration d'amour, illuminant alors pour nous seuls, d'une langueur secrète et invisible à la châtelaine, une prunelle énamourée dans un visage de glace. Du côté de chez Swann

 

---------------------------------------------------------------------

Dînez avec Proust ce jeudi 11 mai, à 20 h au Café de la Mairie, place Saint Sulpice: dîner chez les Guermantes

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

SOCIETY

How to discreetly acknowledge people you are ashamed to know

 

M. Legrandin had passed close by us on our way from church, walking by the side of a lady, the owner of a country house in the neighborhood, whom we knew only by sight, my father had saluted him in a manner at once friendly and reserved, without stopping in his walk; M. Legrandin had barely acknowledged the courtesy, and then with an air of surprise, as though he had not recognized us, and with that distant look characteristic of people who do not wish to be agreeable, and who from the suddenly receding depths of their eyes seem to have caught sight of you at the far end of an interminably straight road, and at so great a distance that they content themselves with directing towards you an almost imperceptible movement of the head, in proportion to your doll-like dimensions. (SW)

Commenter cet article