Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Deuxième des sept leçons de Marcel Proust: déchiffrer; Second of The 7 Lessons of Marcel Proust: decipher

Publié le 4 Avril 2017 par proust pour tous

Pour commander: 

sur papier, en français:

http://www.editionsdelaspirale.com/product/Les-sept-lecons

 

sur KINDLE (Amazon):

en français:

Les sept leçons de Marcel Proust

in English:

The Seven Lessons of Marcel Proust

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Leçon n° 2: Déchiffrer le monde, la société: ce qu'on a devant soi cache souvent quelque chose qu'il faut dévoiler, des codes qui règlent la société, des signes qui voilent l'essence des choses

Ayant le projet de faire jouer et/ou filmer "Dîner à La Raspelière", je m'adresse par e mail à une réalisatrice française, que j'espère intéresser, et qui me répond très aimablement, telle une Oriane de Guermantes comme il y en a beaucoup en France, paradis du persifflage plein d'esprit:

" je suis flattée que vous ayez pensé à moi pour votre aventure proustienne mais je ne sens pas du tout la légitimité et encore moins le talent pour adapter son oeuvre.  L’oeuvre de Proust est une merveille littéraire et pour moi (et je n’engage que moi, ne jugeant absolument pas votre démarche ni votre adaptation) elle doit le rester, c’est à dire une oeuvre littéraire. Je ne pourrai pas y toucher et je crois qu’il n’aurait pas du tout aimé que j’y touche. Voilà."

Je déchiffre: "je joue l'humilité devant le monument proustien, alors que je vous dis en fait que vous êtes gonflée et n'avez aucune légitimité, et j'essaie de vous faire honte en invoquant les mânes de Marcel Proust". J'ADORE L'ESPRIT FRANCAIS !

Extrait des 7 leçons de Marcel Proust:

Condescendance princière (observer, déchiffrer, recourir à l'humour, lier tout à tout)

Cependant la princesse de Luxembourg nous avait tendu la main,et de temps en temps, tout en causant avec la marquise, elle se détournait pour poser de doux regards sur ma grand-mère et sur moi, avec cet embryon de baiser qu'on ajoute au sourire quand celui-ci s'adresse à un bébé avec sa nounou. Même dans son désir de ne pas avoir l'air de siéger dans une sphère supérieure à la nôtre, elle avait sans doute mal calculé la distance, car, par une erreur de réglage, ses regards s'imprégnèrent d'une telle bonté que je vis approcher le moment où elle nous flatterait de la main comme deux bêtes sympathiques qui eussent passé la tête vers elle, à travers un grillage, au Jardin d'Acclimatation. A l'ombre des jeunes filles en fleurs

 

Lesson 2: Decipher the world, society : what is in front of us often hides something to be unveiled, codes that govern society, signs that veil the true essence of things.   

Having the project to have played  and/or filmed my "Dinner at La Raspeliere", I sent yesterday an e mail to a woman, French director, whom I hope to interest. She, surprisingly, answers right away, like an Oriane de Guermantes, as there are many in France, the paradise of mockery with wit:

" I am honored that you have thought of me for your Proustian adventure, but I don't feel that I am legitimate nor talented enough for adapting his work. Proust' masterpiece is a literary wonder and for me( that is just me, I don't judge your approach or your adaptation), it must be kept that way, meaning a literary work. I could not resolve myself to touch it and believe that he would not have liked if I touch it. That's it." 

I decipher: "I play humble in front of the Proustian monument, but in fact I am telling you that you have the guts to do that without any legitimacy, and I am shaming you when I invoke Marcel Proust' manes." I LOVE FRENCH WIT ! It makes many people in the world love to hate the French !

Excerpt from THE SEVEN LESSONS OF MARCEL PROUST:

Princely condescendance (observe, decipher, resort to humor, link all to all)

Meanwhile the Princesse de Luxembourg had given us her hand and, now and again, while she conversed with the Marquise, turned to bestow a kindly glance on my grandmother and myself, with that embryonic kiss which we put into our smiles when they are addressed to a baby out with its ‘Nana.’ Indeed, in her anxiety not to appear to be a denizen of a higher sphere than ours, she had probably miscalculated the distance there was indeed between us, for by an error in adjustment she made her eyes beam with such benevolence that I could see the moment approaching when she would put out her hand and stroke us, as if we were two nice beasts and had poked our heads out at her through the bars of our cage in the Gardens. And, immediately, as it happened, this idea of caged animals and the Bois de Boulogne received striking confirmation. (Within a Buddong Grove)

Commenter cet article