Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Faire-part de naissance: Birth announcement: "Proust Underground"

Publié le 2 Mars 2017 par proust pour tous

Robe de papier pour "Proust Underground"

Pourquoi Proust ? tout le monde comprend. Pourquoi Underground ? parce que le lieu de rendez-vous est en sous-sol (au 88 bd St Germain), parce que mon blog est bilingue. parce que les réjouissances ne ressembleront à pas grand chose d'établi, parce que parfois tout sera en anglais:

1/ grâce au grand écran de télé, au lieu de regarder des matchs de foot, on y verra des films proustiens (Viviane nous en prépare un pour le vendredi 31 mars), Des proustiens récitant "la recherche" par coeur, en hommage à la découverte de Laure Hillerin, seront filmés sur les marches de la Madeleine. On essaiera d'avoir des extraits de pièces à succès (par exemple Yves-Noël Genod, que beaucoup ont aimé...)

2/ on y montrera de l'art proustien brut (le moule-à-marcel de Jean-Jacques Salgon, le portrait de Proust par Zaël, une aquarelle de Paule Delmas.... et tout autre pièce intéressante)

3/ quelquefois on verra la vie tout en rose, comme Odette chez l'oncle Adolphe (Sandrine, la fille de la propriétaire a mis au point une incroyable tarte aux prâlines roses)

4/ on y signera des livres, on en présentera

5/ on y présentera le championnat de France de la véritable madeleine de Proust

6/ le Pr Cottard nous posera des devinettes...

7/ de la musique?

8/ il ne nous restera plus qu'à faire des costumes en papier et faire sortir un peintre tout nu d'une baignoire apportée par des valets...

 

_______________________________________________________________________________


PROUST UNDERGROUND: RENDEZ-VOUS LE VENDREDI 31 MARS A 18H 30

________________________________________________________________________________

Il me raconta des farces d'Elstir (ce qu'il appelait de « pures pantalonnades »), comme un jour où celui-ci, ayant feint de lâcher au dernier moment, était venu déguisé en maître d'hôtel extra et, tout en passant les plats, avait dit des gaillardises à l'oreille de la très prude baronne Putbus, rouge d'effroi et de colère ; puis, disparaissant avant la fin du dîner, avait fait apporter dans le salon une baignoire pleine d'eau, d'où, quand on était sorti de table, il était émergé tout nu en poussant des jurons ; et aussi des soupers où on venait dans des costumes en papier, dessinés, coupés, peints par Elstir, qui étaient des chefs-d'oeuvre, Brichot ayant porté une fois celui d'un grand seigneur de la cour de Charles VII, avec des souliers à la poulaine, et une autre fois celui de Napoléon Ier, où Elstir avait fait le grand cordon de la Légion d'honneur avec de la cire à cacheter. La prisonnière

 

 

PROUST underground, why ?  First of all our location 88 bd St Germain, has a  basement room,  with a television screen, where we will play some Proustian movies, or videos on which Proustians reading  by heart on the Madeleine' steps, or an exhibition of "art brut" (le moule-à-marcel de Jean-Jacques Salgon, le portrait de Proust par Zaël, etc). Sometimes dinners in pink, books signed, the France championship of the true Proust's madeleine (to give a French answer to Monty Python's All England Summarize Proust Competition), Dr Cottard will give us some jokes etc....

 

He told me of elaborate jokes played by Elstir (what he called ‘pure buffooneries’), as for instance one day when the painter, having pretended to fail at the last moment, had come disguised as an extra waiter and, as he handed round the dishes, whispered gallant speeches in the ear of the extremely proper Baroness Putbus, crimson with anger and alarm; then disappearing before the end of dinner he had had a hip-bath carried into the drawing-room, out of which, when the party left the table, he had emerged stark naked uttering fearful oaths; and also of supper parties to which the guests came in paper costumes, designed, cut out and coloured by Elstir, which were masterpieces in themselves, Brichot having worn on one occasion that of a great nobleman of the court of Charles VII, with long turned-up points to his shoes, and another time that of Napoleon I, for which Elstir had fashioned a Grand Cordon of the Legion of Honour out of sealing-wax.  The Captive

Commenter cet article