Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

une découverte incroyable: le vrai Marcel Proust sur les marches de la Madeleine. Another Marcel Proust on the Madeleine's steps....

Publié le 21 Février 2017 par proust pour tous

Je pense que c'est lui, avec son chapeau haut-de-forme, sans accompagnement, et portant un vêtement ou quelquechose en tissu dans sa main gauche: j'espère que le monde entier va de nouveau regarder ce petit film, et voir cette fois le vrai Marcel, descendant l'escalier de la vraie Madeleine, qui n'était pas encore qualifiée de "madeleine de Proust"

 

I think it is him, with his top hat, alone, and carrying a piece of cloth in his left hand: I hope the whole world will look again at this little film, and, this time, see the real Marcel going down the stairs if the real Madeleine, before it will be called "Proust's madeleine". 

 

Et comme dans ce jeu où les Japonais s'amusent à tremper dans un bol de porcelaine rempli d'eau de petits morceaux de papier jusque-là indistincts qui, à peine y sont-ils plongés s'étirent, se contournent, se colorent, se différencient, deviennent des fleurs, des maisons, des personnages consistants et reconnaissables, de même maintenant toutes les fleurs de notre jardin et celles du parc de M. Swann, et les nymphéas de la Vivonne, et les bonnes gens du village et leurs petits logis et l'église et tout Combray et ses environs, tout cela qui prend forme et solidité, est sorti, ville et jardins, de ma tasse de thé. Du côté de chez Swann

 

And just as the Japanese amuse themselves by filling a porcelain bowl with water and steeping in it little crumbs of paper which until then are without character or form, but, the moment they become wet, stretch themselves and bend, take on colour and distinctive shape, become flowers or houses or people, permanent and recognisable, so in that moment all the flowers in our garden and in M. Swann’s park, and the water-lilies on the Vivonne and the good folk of the village and their little dwellings and the parish church and the whole of Combray and of its surroundings, taking their proper shapes and growing solid, sprang into being, town and gardens alike, from my cup of tea. Swann's Way

Commenter cet article