Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Scène de la vie de tous les jours: des baisers dans le noir; Scenes of everyday life: kisses in the dark

Publié le 7 Février 2017 par proust pour tous

Dans l'escalier de Jules hier soir

 

 

 

 

 

 

Hier soir, comme je montais chez Jules, derrrière lui (il n'a pas d'ascenseur, quel malheur!) la lumière s'est éteinte, et avant qu'il n'atteigne le bouton de la minuterie, j'ai eu le temps de lui dire:

1/ c'est romantique: tu as éteint la lumière pour m'embrasser dans le noir ? Aussitôt je pensai: 

Chaque baiser appelle un autre baiser. Ah ! dans ces premiers temps où l'on aime, les baisers naissent si naturellement ! Ils foisonnent si pressés les uns contre les autres ; et l'on aurait autant de peine à compter les baisers qu'on s'est donnés pendant une heure que les fleurs d'un champ au mois de mai.  Du côté de chez Swann

 

2/ et puis dans le noir ! une autre pensée me vint: 

Or l'obscurité qui baigne toute chose comme un élément nouveau a pour effet, irrésistiblement tentateur pour certaines personnes, de supprimer le premier stade du plaisir et de nous faire entrer de plain pied dans un domaine de caresses où l'on n'accède d'habitude qu'après quelque temps !  Le Temps retrouvé

3/ dans mon élan pour rejoindre Jules, je trébuche, il allume, se retourne, et lui aussi il a une idée, sans doute extraite d'un autre grand livre: "T'es vraiment un clown!"

__________________________________________________________________________

Ce jeudi 9 février pour "Dînez avec Proust", au café de la mairie, place Saint-Sulpice, à 20 h, demandez votre rôle, extrait de "Quelques conversations au Grand-Hôtel"

___________________________________________________________________________

 

Last night, as I was going up the stairs at Jules', behind him (no lift, what a pity!), the light was suddenly out, and before he could reach the switch, I had enough time to tell him:

1/ So romantic! did you turn off the light to kiss me in the dark? And I thought:

Every kiss provokes another. Ah, in those earliest days of love how naturally the kisses spring into life. How closely, in their abundance, are they pressed one against another; until lovers would find it as hard to count the kisses exchanged in an hour, as to count the flowers in a meadow in May. Swann's Way

2/ and then, in the dark, another thought: 

And the darkness which bathes everything as in a new element had the effect, an irresistibly tempting one for certain people, of eliminating the first phase of lust and enabling them to enter, without further ado the domain of caresses which as a rule, demands preliminaries. Time Regained 

3/ In a surge of affection, rushing to Jules, I stumble on a step, he turns the light on, looks back at me and has also an idea, probably coming from another great book : "You are a real clown !"

Commenter cet article