Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Marcel Proust filmé: une erreur historique, une affaire Calas littéraire!

Publié le 16 Février 2017 par proust pour tous

Pas de doute sur le film, d'après les recoupements: le chapeau melon, le pardessus gris, c'est bien Marcel Proust, excentrique s'il en fut, sautillant sur le bel escalier de l'église de la Madeleine (autre preuve que c'est bien lui). 

Mais "on ne vient pas de découvrir le film", contrairement à ce que la presse vient d'annoncer. c'était déjà fait par la remarquable Laure Hillerin, pour son livre " La Comtesse Greffulhe", un grand succès de librairie; 

Voici ce que Laure Hillerin écrit:

Je suis heureuse que ces images aient été portées à la connaissance du public, car il se trouve que j’avais déjà exhumé il y a trois ans ce bout de film aux Archives Françaises du Film (AFF), à l’occasion de mes recherches pour mon livre La comtesse Greffulhe – L’ombre des Guermantes, paru chez Flammarion en octobre 2014.
 
J’en parle page 78, dans un passage intitulé
"Une apparition de Marcel Proust ?"
"{…} C’est Marcel Proust, aimable écrivain mondain à l’audience encore confidentielle, qui se trouve être un ami proche du marié. Peut-être est-ce lui, ce jeune homme en manteau clair, coiffé d’un chapeau melon qui laisse les yeux dans l’ombre, laissant apercevoir la moustache et l’ovale du visage, dévalant précipitamment les marches, doublant le cortège sur le côté droit, afin de rejoindre avant les autres l’éblouissante belle-mère ? On le voit quelques secondes sur un film d’amateur – une pellicule de deux minutes à peine, conservée aux Archives françaises du film à Bois-d’Arcy."

Je l'avais signalé à l'époque à l’équipe de l'AFF, mais ils étaient dubitatifs et semblaient peu intéressés... Je suis pour ma part persuadée que c'est bien lui. On sait, par sa correspondance, qu'il était présent à ce mariage et qu'à la sortie il a bavardé familièrement avec la comtesse au bas des marches (d'où sa précipitation pour doubler le cortège...).
Les indications de Luc Fraisse,  jointes à celles de Jean-Yves Tadié, rapportées par Le Figaro, viennent renforcer cette conviction.
 
Vous trouverez dans le pdf ci-joint 2 pages d’épreuves de mon livre, avec les pages de notes correspondantes (le tout daté de septembre 2014), attestant que j’avais bien découvert et signalé ce film - découverte qui était passée inaperçue à l'époque.
 
Jean-Pierre Sirois-Trahan aurait-il lu mon livre, ou bien a-t-il de son propre chef mené des recherches aux Archives Françaises du film ?
 
 
Faudra-t-il un duel pour que Laure Hillerin fasse prévaloir ses droits moraux de découvreuse ? Heureusement que M. Sirois-Trahan habite au Canada, et que le Pr Cottard ne peut servir de témoin car il séjourne en Bretagne actuellement...
 
Mais tout de même, un peu de vérité ne fait pas de mal. D'ailleurs Laure Hillerin viendra raconter ses aventures de chercheuse historique lors d'un prochain "La vie avec Proust" au 88 bd Saint-Germain, en un numéro spécial que j'annoncerai dans les actualités proustiennes lundi.
 
______________________________________________________________
vendredi 17 février, à 18h 30, au 88 bd St Germain: " Ma vie avec Proust: comment je rattache Proust aux histoires que racontait ma mère" avec Laurence Grenier et un invité-surprise (ce sera Laure Hillerin, très bientôt)
_______________________________________________________________
 

 

Commenter cet article

Aurellyen 19/02/2017 21:32

Bonjour,
Je reste très étonné de la quasi-assurance souvent affirmée quant à l’apparition de Proust dans le film. L’administration de la preuve est très légère pour le moins. Or juste après les images abondamment commentées, on voit très bien un deuxième personnage portant un appareil photo, habillé de même et suivant de près le prétendu « Proust ». En fait il s’agit, selon plusieurs commentateurs restés discrets, d’un journaliste et de son photographe couvrant l’événement mondain. Hypothèse plus simple et réaliste que de supposer l’écrivain se comportant différemment des autres invités.
Cordialement