Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

En distribuant des prospectus au collège de France

Publié le 24 Janvier 2017 par proust pour tous

Pr Cottard, (Pr Alain Prigent dans le civil), exercera son talent calembouresque vendredi 27 janvier à 18h30 au 88 bd St Germain:un échantillon

Notre ami le Pr Alain Prigent, peut être écouter à la radio (france Culture podcast) m'a écrit:
"Si ça t’intéresse de mieux connaître la médecine nucléaire, en termes non scientifiques et que j’espère compréhensibles ( ?), tu peux « postcaster » une émission de France Culture, « révolutions Médicales » du mardi 20 octobre (14h).
c’est un programme qu’on peut écouter at home sur une radio active (of course).
Nu & Clair (prononcer nucléaire), y a pas photon 
!
 

Et pour demain au café de la Mairie, à 20h:

Me revoici à l'entrée de l'amphi où va se dérouler le cours de littérature, au Collège deFrance. Je suis un peu gênée de distribuer pour la 3ème fois des prospectus vantant le Dînez avec Proust  Comme je ne reconnais pas grand-monde quelques membres du public me rappellent plus ou moins sèchement qu'ils sont déjà au courant, alors que l'un des participants au dernier dîner (le soir du premier débat de la primaire de gauche qui avait fait concurrence au petit clan), recruté au même endroit, me dit avoir beaucoup aimé notre "Dîner à la Raspelière", pourtant bien désorganisé ce soir-là: car, surtout, il y a rencontré DES GENS TRES INTERESSANTS ! Bien sûr, puique tous en sont.

 

M. VERDURIN (à Charlus): Excusez-moi de vous parler de ces riens, car je suppose bien le peu de cas que vous en faites. Les esprits bourgeois y font attention, mais les autres, les artistes, les gens qui en sont vraiment, s’en fichent. Or dès les premiers mots que nous avons échangés, j’ai compris que vous en étiez ! (M. de Charlus, qui donne à cette locution un sens fort différent, a un haut-le-corps). Ne protestez pas, cher monsieur, vous en êtes, c’est clair comme le jour. Remarquez que je ne sais pas si vous exercez un art quelconque, mais ce n’est pas nécessaire, et ce n’est pas toujours suffisant. Dechambre, qui vient de mourir, jouait parfaitement avec le plus robuste mécanisme, mais n’en était pas, on sentait tout de suite qu’il n’en était pas. Brichot n’en est pas. Morel en est, ma femme en est, je sens que vous en êtes…                                                                                                                 

CHARLUS (commençant à être rassuré): Qu’alliez-vous me dire ?                                                                                                                     

Commenter cet article