Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

8 décembre, 8ème portrait de Proust: vu hier au café de la Mairie, place St Sulpice

Publié le 8 Décembre 2016 par proust pour tous

 

 

 

Un portrait qui vient du Canada (du moins le tee shirt), moulant le buste de Catherine, présentatrice liseuse de didascalies, lors du "Dîner à la Raspelière" d'hier soir 7 décembre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mme Ines Verdurin discute du talent de Tiche avec Mme Manuela Cottard

Mme Ines Verdurin discute du talent de Tiche avec Mme Manuela Cottard

Le Pr Alain Cottard fait assault de jeux de mots avec Jean-Marie Brichot, sous l'oeil attentif de Josette Narrateur, une belle brochette, sans compter Viviane Saniette qui nous a lu son poème d'été (..Chut, tante Léonie repose Derrière les persiennes closes...) et son poème d'hiver où il est question d'un vin chaud.

Le Pr Alain Cottard fait assault de jeux de mots avec Jean-Marie Brichot, sous l'oeil attentif de Josette Narrateur, une belle brochette, sans compter Viviane Saniette qui nous a lu son poème d'été (..Chut, tante Léonie repose Derrière les persiennes closes...) et son poème d'hiver où il est question d'un vin chaud.

Le Pr Cottard a ornementé son texte de quelques nouveautés, qui seront sans doute reprises dans "les Mémoires" qu'il est en train d'écrire....

 

LA PRINCESSE: Je ne complends pas ce qu’il veut dile, (grommelant d’un ton qui semblait dire: ‘Il nous embête, n’est-ce pas?’)   BRICHOT: Mais, princesse, Fervaches veut dire eaux chaudes ‘Fervidae aquae’. Mais à propos du jeune violoniste, j’oubliais, Cottard, de vous parler de la grande nouvelle. Saviez-vous que notre pauvre ami Dechambre, l’ancien pianiste favori de Mme Verdurin, vient de mourir ? C’est effrayant.  COTTARD: Il était encore jeune, lui qui était si rose, mais il devait faire quelque chose du côté du foie, il devait avoir quelque saleté de ce côté, il avait une fichue tête depuis quelque temps.                                                                                                                                                       

BRICHOT: Mais il n’était pas si jeune; du temps où Elstir et Swann allaient chez Mme Verdurin, Dechambre était déjà une notoriété parisienne, et, chose admirable, il me semble que Dechambre jouait la sonate de Vinteuil pour Swann.      

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

plus loin:

MME COTTARD (à son mari): Allons, voyons, raconte ton odyssée.  COTTARD: En effet, elle sort de l’ordinaire. Car d'Odyssée "il y a de quoi dire! Quand j’ai vu que le train était en gare, je suis resté médusé. Tout  cela par la faute de Ski. Vous êtes plutôt bizarroïde dans vos renseignements, mon cher! Et Brichot qui nous attendait à la gare! BRICHOT(en jetant un regard autour de lui en souriant): Je croyais que si vous vous étiez attardé à  Graincourt, c’est que vous aviez rencontré quelque péripatéticienne. COTTARD: Voulez-vous vous taire! Si ma femme vous entendait! La femme à môa, il est jalouse.  SKI: Ah! ce Brichot, il est toujours le même (il fait mine de ne pouvoir résister au désir de lui pincer la jambe).Il ne change pas, ce gaillard-là. Toujours un petit œil pour les femmes.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           

plus loin:                            

DR COTTARD (assis entre M. de Charlus et Marcel, à Marcel): Quand vous arrivez à ces sites relativement    élevés comme celui où nous nous trouvons en ce moment, remarquez-vous que cela augmente votre tendance aux étouffements?   Bronchite bon genre?

 

plus loin:

BRICHOT (à M. de Charlus): Non probablement, j’ai le regret de vous le dire, vous n’avez qu’un seul arbre, car si Saint-Martin-du-Chêne est évidemment Sanctus Martinus juxta quercum, en revanche le mot if peut être simplement la racine ave, eve, qui veut dire humide comme dans Aveyron, Lodève, Yvette, et que vous voyez subsister dans nos éviers de cuisine. C’est ‘l’eau’, qui en breton se dit ster, Ster-maria, Sterlaer, Sterbouest, Ster-en-Dreuchen.  COTTARD (à côté de Marcel, murmurant à Ski): Ah! mais je ne savais pas.C'est au gland qu'on voit le chêne.  Alors c’est un monsieur qui sait se retourner dans la vie. Comment ! il est de la confrérie ! Le diable l'habite alors? Pourtant il n’a pas les yeux bordés de jambon. Il faudra que je fasse attention à mes pieds sous la table, il n’aurait qu’à en pincer pour moi. Du reste, cela ne m’étonne qu’à moitié. Je vois plusieurs nobles à la douche, dans le costume d’Adam, ce sont plus ou moins des dégénérés. Je ne leur parle pas parce qu’en somme je suis fonctionnaire et que cela pourrait me faire du tort. Mais ils savent parfaitement qui je suis.                                                                                                                                                                                                                                                                                          

plus loin:

COTTARD (sententieusement): Ce ne sont pas des étouffements a frigore. Donc, si j'ose dire, peut me chaut...

 

Etc

 

UNE EXCELLENTE SOIREE.....                                                                                                                                                                

_________________________________________________________________________

DEMAIN 9 DECEMBRE au Rendez-vous Saint Germain, 88 bd St Germain en sous-sol séances à 18 h et 20h 30: DUETTO, Laurence Grenier Sara Saragoni, qui lit magnifiquement Proust.

__________________________________________________________________________

                                                                                                                                                                                                                                                                                         

                                                                                                                                                                                        

Commenter cet article