Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Compliment ou vacherie? A compliment or a nasty remark ?

Publié le 28 Octobre 2016 par proust pour tous

Marcel Proust coiffé comme Gaston Grenier

Hier j'assistai à la clôture d'une grand messe proustienne (le colloque "Proust et la musique" à la fondation Singer-Polignac). J'y étais allée surtout pour distribuer des prospectus pour mes "Dînez avec Proust", et m'en étais bien trouvée (très intéressant, pourtant les orateurs étaient presque tous universitaires), quand l'un des participants à qui j'avais collé une de mes petites affiches 2 jours avant et que je resollicitai (je ne l'avais pas reconnu) me dit: - Une femme charmante m'en a déjà donné un - Mais c'était moi! - Excusez-moi, moi non plus je ne vous avais pas reconnue. D'ailleurs je voudrais vous poser une question: je suis sûr qu'à 17 ans vous aviez la même coupe de cheveux? Ai-je raison? - Vous avez tapé dans le mille et ça me rappelle mon père qui se coupait les cheveux lui-même et qui, s'étant passablement raté, avec un genre de coupe au bol, je lui dis (il avait plus de 90 ans): Tu as la même coupe que sur tes photos de bébé, ce à quoi il répliqua: "Je suis arrivé sur terre avec cette coupe de cheveux, j'en repartirai avec la même).. Comme c'est bon de vieillir!

 

Certes, dans les coulisses d'un théâtre, ou pendant un bal costumé, on est plutôt porté par politesse à exagérer la peine, presque à affirmer l'impossibilité qu'on a à reconnaître la personne travestie. Ici, au contraire, un instinct m'avait averti de les dissimuler le plus possible, qu'elles n'avaient plus rien de flatteur parce que la transformation n'était pas voulue, et je m'avisai enfin, ce à quoi je n'avais pas songé en entrant dans ce salon, que toute fête, si simple soit-elle, quand elle a lieu longtemps après qu'on a cessé d'aller dans le monde et pour peu qu'elle réunisse quelques-unes des mêmes personnes qu'on a connues autrefois, vous fait l'effet d'une fête travestie, de la plus réussie de toutes, de celle où l'on est le plus sincèrement « intrigué » par les autres, mais où ces têtes, qu'ils se sont faites depuis longtemps sans le vouloir, ne se laissent pas défaire par un débarbouillage, une fois la fête finie. Intrigué par les autres ? Hélas, aussi les intriguant nous-même. Car la même difficulté que j'éprouvais à mettre le nom qu'il fallait sur les visages semblait partagée par toutes les personnes qui apercevaient le mien, n'y prenaient pas plus garde que si elles ne l'eussent jamais vu, ou tâchaient de dégager de l'aspect actuel un souvenir différent. Le Temps retrouvé

 

Yesterday, I was attending the end of a conference on "Proust et la musique" at the fondation Singer-Polignac. I was there mainly to distribute my leaflets on my "Dine with Proust"  and didn't regret it (very interesting, in spite of the fact that most speakers were academics) when one of the spectators to whom I had given my ad two days earlier and whom I was again appealing (I did not remember) told me: - A charming lady has given me that already. - It was me! - Sorry, I had not recognized you. By the way may I ask you if the haircut you have was not the same as when you were 17?  Am I right? - You guessed it right, and it reminds me of my father, who used to trim his hair himself, having completely botched his last attempt (an "au bol" straight haircut, I told him (he was over 90): - You have the same haircut as on your baby photographs, to which he replied: I came to this earth with this hairdo, I will leave it with the same one. It is so good to get older! 

.

Certainly, in the wings of a theatre or during a costume ball, politeness inclines one to exaggerate the difficulty, even to go so far as to affirm the impossibility of recognising the person in travesty. Here, on the contrary an instinct warned me that dissimulation was demanded, that these compliments would have been the reverse of flattering because such a transformation was not intended and I realised what I had not dreamed of when I entered this drawing-room, that every entertainment, however simple, when it takes place long after one has ceased to go into society and however few of those one has formerly known it brings together, gives the effect of a costume ball and the most successful one of all, at which one is truly puzzled by others, for the heads have been in the making for a long time without their wishing it and cannot be got rid of by toilet operations when the party is over. Puzzled by others! Alas! We ourselves puzzle them. The difficulty I experienced in putting the required name to the faces around me seemed to be shared by all those who perceived mine, for they paid no more attention to me than if they had never seen me before or were trying to disentangle from my appearance the memory of someone else. Time Regained

 

Commenter cet article