Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Par amour de la phrase longue; Love long sentences

Publié le 17 Septembre 2016 par proust pour tous

l'effigie d'Hadrien sur un pièce de monnaie
l'effigie d'Hadrien sur un pièce de monnaie

1/ Catherine m'a dit que dans la "Grande Librairie" à la télé, Salman Rushdie a remercié Proust pour sa phrase longue. Je remercie donc Salman d'avoir remercié Marcel.

2/ Je suis en train de lire le très intéressant Mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar, qui adopte un style approprié à des mémoires: beaucoup de "Je", normal pour un empereur romain, et presque toutes les phrases commencent par un sujet (puis verbe, complément...) une structure très simple et classique. Et ça m'ennuie, le rythme régulier me pèse: aurais-je été contaminée par la lecture de la Recherche?

J'étais décidé à régler ces incidents de frontière par un moyen moins banal que des légions en marche. Une entrevue personnelle fut arrangée avec Osroès. Je ramenai avec moi en Orient la fille de l'empereur, faite prisonnière presque au berceau à l'époque où Trajan occupa Babylone, et gardée ensuite comme otage à Rome. C'était une fillette malingre aux grands yeux. Sa présence et celle de ses femmes m'encombra quelque peu au cours d'un voyage qu'il importait surtout d'effectuer sans retard. Mémores d'Hadrien, p. 155, collection Folio
Et comme dans ce jeu où les Japonais s'amusent à tremper dans un bol de porcelaine rempli d'eau de petits morceaux de papier jusque-là indistincts qui, à peine y sont-ils plongés s'étirent, se contournent, se colorent, se différencient, deviennent des fleurs, des maisons, des personnages consistants et reconnaissables, de même maintenant toutes les fleurs de notre jardin et celles du parc de M. Swann, et les nymphéas de la Vivonne, et les bonnes gens du village et leurs petits logis et l'église et tout Combray et ses environs, tout cela qui prend forme et solidité, est sorti, ville et jardins, de ma tasse de thé. Du côté de chez Swann

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"Dînez avec Proust" au café de la Mairie, place Saint-Sulpice, le mercredi 5 octobre. La formule change: on n'est pas obligé de prendre un menu, on peut commander juste un plat ou un verre, donc on n'est pas obligé de dépenser 25 € pour la joie de jouer Proust.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

1/ Catherine told me that in the TV show "la Grande Librairie" Salman Rushdie has thanked Proust for the length of his sentence; thus I thank Salman for having thanked Marcel.

2/ i am reading the veru interesting Mémoires d'Hadrien by Marguerite Yourcenar, who has chosen a style fitting Memories; a lot of "I", normal for an emperor, ans most sentences start with a subject (followed by a verb, complement...) a very simple classical structure. And it bores me! this regular rhythm seems so heavy to me: am I contaminated by the reading of Proust ?

And just as the Japanese amuse themselves by filling a porcelain bowl with water and steeping in it little crumbs of paper which until then are without character or form, but, the moment they become wet, stretch themselves and bend, take on colour and distinctive shape, become flowers or houses or people, permanent and recognisable, so in that moment all the flowers in our garden and in M. Swann’s park, and the water-lilies on the Vivonne and the good folk of the village and their little dwellings and the parish church and the whole of Combray and of its surroundings, taking their proper shapes and growing solid, sprang into being, town and gardens alike, from my cup of tea. Swann's Way
Commenter cet article