Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Faire marcher sa mémoire: courant transversal; Make your memory work: transversal current

Publié le 29 Juillet 2016 par proust pour tous

Librairie Les Fables d'Olonne
Librairie Les Fables d'Olonne

J'essaie d'appliquer la technique décrite par Proust, établir un courant transversal entre deux séries de souvenirs: 1ère série: je devrais faire une dédicace dans une librairie des Sables d'Olonne, et cette série de souvenirs (des dédicaces de "Proust pour tous", appartenant à "lancement du livre", auquel je pense constamment) croise la 2ème série: des reliques des étés de ma jeunesse dans cette station balnéaire, auxquels je ne pense jamais. Merci Marcel Proust pour, cette nouvelle leçon que je n'avais pas encore déterrée au fond de La Recherche.

Une autre étoile du salon était « dans les choux », qui malgré ses goûts sportifs s'était fait réformer. Il était devenu tellement pour moi l'auteur d'une oeuvre admirable à laquelle je pensais constamment que ce n'est que par hasard, quand j'établissais un courant transversal entre deux séries de souvenirs, que je songeais qu'il était celui qui avait amené le départ d'Albertine de chez moi. Et encore ce courant transversal aboutissait, en ce qui concernait ces reliques de souvenirs d'Albertine, à une voie s'arrêtant en pleine friche à plusieurs années de distance. Car je ne pensais plus jamais à elle. C'était une voie non fréquentée de souvenirs, une ligne que je n'empruntais plus. Tandis que les oeuvres de « dans les choux » étaient récentes et cette ligne de souvenirs perpétuellement fréquentée et utilisée par mon esprit. Le Temps retrouvé

I try to apply to my own life the technique described by Proust, put in place a transversal current between two series of memories: 1st series: I should do a signature in a bookstore located in Les Sables d'Olonne, and this series of souvenirs (signatures of "Proust pour tous", part of "launching the book",of which I constantly think) crosses the second series: residues of my youth's past summers spent in this seaside resort, Thank you Marcel Proust for this lesson I had not yet discovered in The Search.

Another star of the Salon, “Dans-les-choux”, had, in spite of his sporting tastes, got himself exempted. He had become for me so exclusively the author of an admirable work about which I was constantly thinking, that it was only when, by chance, I established a transversal current between two series of souvenirs, that I realised it was he who had brought about Albertine’s departure from my house. And again this transversal current ended, so far as those reminiscent relics of Albertine were concerned, in a channel which was dammed in full flow several years back. For I never thought any more about her. It was a channel unfrequented by memories, a line I no longer needed to follow. On the other hand the works of “Dans-les-choux” were recent and that line of souvenirs was constantly frequented and utilised by my mind. Time Regained
Commenter cet article