Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

Au musée du Luxembourg, venant de Budapest; At the museum, straight from Budapest

Publié le 10 Juillet 2016 par proust pour tous

Tobie et l'ange de Karel Du Jardin
Tobie et l'ange de Karel Du Jardin

Ce matin, visite avec Jules de l'exposition au Musée du Luxembourg des chefs-d'oeuvre de Budapest: rien d'anecdotique, mais devant le tableau de l'ange et Tobie, j'ai pensé à Charlus et Morel (il y a d'ailleurs une erreur dans La Recherche corrigée dans la version en anglais: Tobie est fil de Tobit, pas de Tobie):

Au bout d'un instant on se dispersa et alors M. de Charlus dit à Morel : « Je conclus de toute cette histoire, mieux terminée que vous ne méritiez, que vous ne savez pas vous conduire et qu'à la fin de votre service militaire je vous ramène moi-même à votre père, comme fit l'archange Raphaël envoyé par Dieu au jeune Tobie. » Et le baron se mit à sourire avec un air de grandeur et une joie que Morel, à qui la perspective d'être ainsi ramené ne plaisait guère, ne semblait pas partager. Dans l'ivresse de se comparer à l'archange, et Morel au fils de Tobie, M. de Charlus ne pensait plus au but de sa phrase, qui était de tâter le terrain pour savoir si, comme il le désirait, Morel consentirait à venir avec lui à Paris. Grisé par son amour, ou par son amour-propre, le baron ne vit pas ou feignit de ne pas voir la moue que fit le violoniste car, ayant laissé celui-ci seul dans le café, il me dit avec un orgueilleux sourire : « Avez-vous remarqué, quand je l'ai comparé au fils de Tobie, comme il délirait de joie ! C'est parce que, comme il est très intelligent, il a tout de suite compris que le Père auprès duquel il allait désormais vivre, n'était pas son père selon la chair, qui doit être un affreux valet de chambre à moustaches, mais son père spirituel, c'est-à-dire Moi. Quel orgueil pour lui ! Comme il redressait fièrement la tête ! Quelle joie il ressentait d'avoir compris ! Je suis sûr qu'il va redire tous les jours : « O Dieu qui avez donné le bienheureux Archange Raphaël pour guide à votre serviteur Tobie, dans un long voyage, accordez-nous à nous, vos serviteurs, d'être toujours protégés par lui et munis de son secours. » Je n'ai même pas eu besoin, ajouta le baron, fort persuadé qu'il siégerait un jour devant le trône de Dieu, de lui dire que j'étais l'envoyé céleste, il l'a compris de lui-même et en était muet de bonheur ! » Et M. de Charlus (à qui au contraire le bonheur n'enlevait pas la parole), peu soucieux des quelques passants qui se retournèrent, croyant avoir affaire à un fou, s'écria tout seul et de toute sa force, en levant les mains : « Alléluia ! » Sodome et Gomorrhe

This morning, I saw with Jules at the Musée du Luxembourg, an exhibition of the Budapest' masterpieces, nothing anecdotic, but in front of Tobie and the angel, I thought of Charlus and Morel:

Presently the party broke up, and then M. de Charlus said to Morel: “I conclude from all this business, which has ended more happily than you deserved, that you are incapable of looking after yourself and that, at the expiry of your military service, I must lead you back myself to your father, like the Archangel Raphael sent by God to the young Tobias.” And the Baron began to smile with an air of grandeur, and a joy which Morel, to whom the prospect of being thus led home afforded no pleasure, did not appear to share. In the exhilaration of comparing himself to the Archangel, and Morel to the son of Tobit, M. de Charlus no longer thought of the purpose of his speech which had been to explore the ground and see whether, as he hoped, Morel would consent to come with him to Paris. Intoxicated with his love or with his self-love, the Baron did not see or pretended not to see the violinist’s wry grimace, for, leaving him by himself in the café, he said to me with a proud smile: “Did you notice how, when I compared him to the son of Tobit, he became wild with joy? That was because, being extremely intelligent, he at once understood that the Father in whose company he was henceforth to live was not his father after the flesh, who must be some horrible valet with moustaches, but his spiritual father, that is to say Myself. What a triumph for him! How proudly he reared his head! What joy he felt at having understood me. I am sure that he will now repeat day by day: ‘O God Who didst give the blessed Archangel Raphael as guide to thy servant Tobias, upon a long journey, grant to us, Thy servants, that we may ever be protected by him and armed with his succour.’ I had no need even,” added the Baron, firmly convinced that he would one day sit before the Throne of God, “to tell him that I was the heavenly messenger, he realised it for himself, and was struck dumb with joy!” And M. de Charlus (whom his joy, on the contrary, did not deprive of speech), regardless of the passers-by who turned to stare at him, supposing that he must be a lunatic, cried out by himself and at the top of his voice raising his hands in the air: “Alleluia!” Cities of the Plain
Commenter cet article