Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Catherine avait raison: c'était "gens" pas "gants"; Catherine was right

Publié le 25 Février 2016 par proust pour tous

un tampon qui orne tous les programmes des participants au "Dîner chez les Guermantes" du mercredi 24 février. L'auteur de ce tampon a son site (voir le lien dans le blog))
un tampon qui orne tous les programmes des participants au "Dîner chez les Guermantes" du mercredi 24 février. L'auteur de ce tampon a son site (voir le lien dans le blog))

Trente participants se sont retrouvés hier soir au café de la Mairie, quand une dispute éclata juste après le boeuf en gelée, alors que personne n'avait encore croqué dans sa madeleine rose:

Je dis, lors d'une didascalie (mot sur lequel les commentaires fusent, la salle était déjà surchauffée):"la permission de demander son manteau et ses gants", quand une voix forte et déterminée s'élève, celle de Catherine, une érudite de La Recherche:

- Ce n'est pas "ses gants" mais "ses gens". Je me rebiffe, les camps se forment, on se serait cru à la première d'Hernani. Heureusement pour la vaisselle du 1er étage du Café de la Mairie, la raison triomphe, la tension se fait moins palpable, on passe au bouquet final. Ouf ! on aura le droit de revenir.

Bérengère, munie d'un tampon à encre bleu turquoise, sculpté en creux par une soeur très artiste, se propose d'orner comme souvenir toutes les partitions de ce "Dîner chez les Guermantes", on fait la queue devant sa table.

http://ipsofactory.canalblog.com/albums/creations_textile_ancien/index.html

Dès que Mme de Parme fut levée, ce fut comme une délivrance. Toutes les dames ayant fait une génuflexion devant la princesse, qui les releva, reçurent d'elle dans un baiser, et comme une bénédiction qu'elles eussent demandée à genou, la permission de demander son manteau et ses gens. Le côté de Guermantes

Thirty participants last night at the café de la Mairie, when an argument broke out just after the beef in jelly, before anybody had time to taste the pink madeleine:

I say, part of a didascalie (a word for which comments were coming from everywhere, the ambiance is already overheated): "permission to ask for her coat and her gloves (gants in French)", when a strong voice arises, the voice of Catherine, a Proust's erudite:

- It is not "ses gants" but "ses gens". I balk, opposite camps take shape, it is like at the opening of Victor Hugo's Hernani. Fortunately for the 1er étage du Café de la Mairie's dishes, reason wins, tension slows down, dessert is served. Ouf ! we'll be welcome again.

Bérengère offers to stamp in turquoise blue all the texts used by the participants, a nice memory thanks to a very artistic sister who has sculpted the face of Marcel Proust on a rubber stamp. There is a line at her table. ttp://ipsofactory.canalblog.com/albums/creations_textile_ancien/index.html

As soon as Mme. de Parme had risen, it was like a deliverance. Each of the ladies having made a genuflexion before the Princess, who raised her up from the ground, they received from her, in a kiss, and like a benediction which they had craved kneeling, the permission to ask for their cloaks and carriages. The Guermantes Way
Commenter cet article

Geneviève Pascaud 25/02/2016 18:05

Délicieuse soirée, très chaleureuse, qu'on rêve de recommencer!
je suis volontaire pour le diner du 23 mars et un petit rôle.
merci Laurence et merci à tous

Robert 25/02/2016 17:09

Merci proustpourtous pour cet hommage à mon modeste travail...
Ce diner avait l'air animé et très plaisant !
Catherine (Bérengère's sister) elle va me tuer ;-)

Bérengère 25/02/2016 11:02

Une très belle soirée, riche en saveurs, en rires (oui, Proust est infiniment drôle), en échanges...
Merci à Laurence et à tous les participants. À recommencer pour notre plus grand plaisir :o)
Bérengère