Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Moi Odette, Elle Mme Verdurin; I Odette, She Mme. Verdurin

Publié le 23 Janvier 2016 par proust pour tous

Moi Odette, Elle Mme Verdurin; I Odette, She Mme. Verdurin

J'avais une bonne amie, il y a de cela quelques années, avec qui je me suis brouillée. Cette amie organisait des soirées très appréciées, en hôtesse infatigable et enjouée. Du jour ou notre amitié a brusquement cessé, elle a poursuivi le tourbillon qu'était sa vie sociale, et de mon côté, gardant les relations qui m'étaient les plus proches, m'en faisant de nouvelles (je revenais de 25 ans d'Amérique), je me suis fait moi aussi un cercle. A chacune son salon. D'où ma surprise l'autre soir, au "Dîner à la Raspelière" du 18 janvier au café de la Mairie, de voir débarquer l'un des ses plus fidèle fidèle!

Comme Odette n'allait pas tarder à le faire, Mme Verdurin se proposait bien le « monde » comme objectif, mais ses zones d'attaque étaient encore si limitées et d'ailleurs si éloignées de celles par où Odette avait quelque chance d'arriver à un résultat identique, à percer, que celle-ci vivait dans la plus complète ignorance des plans stratégiques qu'élaborait la Patronne. Et c'était de la meilleure foi du monde que, quand on parlait à Odette de Mme Verdurin comme d'une snob, Odette se mettait à rire et disait : « C'est tout le contraire. D'abord elle n'en a pas les éléments, elle ne connaît personne. Ensuite il faut lui rendre cette justice que cela lui plaît ainsi. Non, ce qu'elle aime ce sont ses mercredis, les causeurs agréables. » Et secrètement elle enviait à Mme Verdurin (bien qu'elle ne désespérât pas d'avoir elle-même à une si grande école fini par les apprendre) ces arts auxquels la Patronne attachait une si belle importance bien qu'ils ne fassent que nuancer l'inexistant, sculpter le vide, et soient à proprement parler les Arts du Néant : l'art (pour une maîtresse de maison) de savoir « réunir », de s'entendre à « grouper », de « mettre en valeur », de « s'effacer », de servir de « trait d'union ». A l'ombre des jeunes filles en fleurs

_________________________________________________________________________

"Dîner chez les Guermantes" au café de la Mairie, le lundi 15 février et le mercredi 24 février. Si vous voulez jouer dedans (lire un rôle), faites-le moi savoir... ou si vous voulez simplement assister à cette grand' messe de la gastronomie littéraire, et dîner de mets proustiens (boeuf en gelée, madeleines, fromage à la crème rose) vous êtes bienvenus. Tel du café de la Mairie: 01 43 26 67 82

___________________________________________________________________________

I used to have a good friend, years ago, with whom I am now estranged for professional reasons. Since our friendship ended, she went on partying, as a competent and pleasant hostess, while I kept some close connections and built a new circle of friends (after 25 years spent in America). Let's keep our own salon. Hence my surprise when during the last "Dîner à la Raspelière" on January 18 at café de la Mairie, when an acquaintance, her most faithful among the faithful showed up!

As Odette was not to be long now in doing, Mme. Verdurin did indeed entertain the idea of ‘Society’ as her final objective, but her zone of attack was as yet so restricted, and moreover so remote from that in which Odette had some chance of arriving at an identical goal, of breaking the line of defence, that the latter remained absolutely ignorant of the strategic plans which the ‘Mistress’ was elaborating. And it was with the most perfect sincerity that Odette, when anyone spoke to her of Mme. Verdurin as a snob, would answer, laughing, “Oh, no, quite the opposite! For one thing, she never gets a chance of being a snob; she doesn’t know anyone. And then, to do her justice, I must say that she seems quite pleased not to know anyone. No, what she likes are her Wednesdays, and people who talk well.” And in her heart of hearts she envied Mme. Verdurin (for all that she did not despair of having herself, in so eminent a school, succeeded in acquiring them) those arts to which the ‘Mistress’ attached such paramount importance, albeit they did but discriminate, between shades of the Non-existent, sculpture the void, and were, properly speaking, the Arts of Nonentity: to wit those, in the lady of a house, of knowing how to ‘bring people together,’ how to ‘group,’ to ‘draw out,’ to ‘keep in the background,’ to act as a ‘connecting link.’ Within a Budding Grove
Commenter cet article