Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Le temps retrouvé au café de la Mairie; Time regained at the café de la Mairie

Publié le 5 Janvier 2016 par proust pour tous

Le dénombrement de Bethléem, de Pieter Brueghel l’Ancien
Le dénombrement de Bethléem, de Pieter Brueghel l’Ancien

A notre dernière réunion de l'année 2015, au 1er étage du Café de la Mairie, place Saint Sulpice, Edith Vallée, (qui sera Mme de Cambremer dans "Dîner à la Raspelière", le 13 janvier) a essayé de convaincre notre jeune recrue, Pascal (qui sera Charlus durant ce même dîner) que la phrase de Proust intégrait le Temps, passé, présent et avenir, un exercice magnifique, qu'elle illustra par la lecture de la phrase suivante, dans laquelle, curieusement, l'avenir était représenté par la volaille qui se débattait en chemin vers un sort peu enviable, dont Edith espérait qu'elle pourrait s'extraire, à force de coups d'ailes.

MERCREDI 6 JANVIER, ON PARLERA DE POULES au café de la Mairie, à partir de 18h30. Et ceux qui désirent plus de détails sur les deux dîners proustiens du mercredi 13 et du lundi 18 janvier sont bienvenus.

Et précisément à l'hôtel où j'avais rendez-vous avec Saint-Loup et ses amis et où les fêtes qui commençaient attiraient beaucoup de gens du voisinage et d'étrangers, c'était, pendant que je traversais directement la cour qui s'ouvrait sur de rougeoyantes cuisines où tournaient des poulets embrochés, où grillaient des porcs, où des homards encore vivants étaient jetés dans ce que l'hôtelier appelait le « feu éternel », une affluence (digne de quelque « Dénombrement devant Bethléem » comme en peignaient les vieux maîtres flamands) d'arrivants qui s'assemblaient par groupes dans la cour, demandant au patron ou à l'un de ses aides (qui leur indiquaient de préférence un logement dans la ville quand ils ne les trouvaient pas d'assez bonne mine) s'ils pourraient être servis et logés, tandis qu'un garçon passait en tenant par le cou une volaille qui se débattait. Le côté de Guermantes

During our last 2015 meeting at the café de la Mairie, place St Sulpice, Paris 6ème, Edith Vallée , (who will be Mme de Cambremer in "Dîner à la Raspelière", on January 13) tried to convince our young new member, Pascal (who will play Charlus) that Proust' sentence was integrating time, past, present and future, a magnificent exercice, that she illustrated by the next extract, in which, oddly enough, the future was represented by a struggling bird, en route for a not so desirable fate, of which Edith thought it would have a chance to extract itself, thanks to its powerful wings.

And sure enough at the hotel where I was to meet Saint-Loup and his friends and to which the fair now beginning had attracted a number of people from near and far, I found, as I hurried across the courtyard with its glimpses of glowing kitchens in which chickens were turning on spits, pigs were roasting, lobsters being flung, alive, into what the landlord called the ‘everlasting fire,’ an influx (worthy of some Numbering of the People Before Bethlehem such as the old Flemish masters used to paint) of new arrivals who assembled there in groups, asking the landlord or one of his staff (who, if he did not like the look of them, would recommend lodgings elsewhere in the town) whether they could have dinner and beds, while a scullion hurried past holding a struggling fowl by the neck. The Guermantes Way
Commenter cet article

laurence grenier 05/01/2016 19:35

Edith m'a envoyé une précison que je copie ici, et qui éclaire son interprétation de la phrase citée plus haut:

la phrase de Proust me dit précisément :
On construit sa vie sociale sur des bonnes manières, on jouit des plaisirs de la culture, de la bonne chère, on brûle du feu des désirs, on recouvre le tout encore de bonnes manières et par dessus encore d'un sentiment d'appartenance rassurant. Pour aboutir à quoi ? Pour un jour passer à la casserole. On va tous y passer, pas seulement la poule qui se débat dans un dernier mouvement de survie. Tous.
Personne n'est obligé de se débattre comme elle pour vivre encore un peu, mais comme elle beaucoup ne comprennent pas pourquoi ils sont venus sur terre pour ensuite mourir.
Plus question de bonnes manières.
Je dis cela sans manières, à mon habitude.