Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Duetto me met aux anges; It's just heavenly

Publié le 9 Novembre 2015 par proust pour tous

Duetto me met aux anges; It's just heavenly

Duetto me met aux anges ! Vendredi le 20 novembre 2015 paraitra dans le Point.fr (en numérique) mon texte Duetto sur Marcel Proust, texte dans lequel je décris ma passion pour la Recherche. Malheureusement cette expression, la plus forte que j'aie pu trouver pour exprimer ma joie, avait été employée par Aimé le maître d'hôtel du Grand Hôtel de Balbec, pour décrire les ébats imaginaires ou non, on ne le saura jamais, d'Albertine et la petite blanchisseuse...

La petite blanchisseuse m'a avoué qu'elle aimait beaucoup à s'amuser avec ses petites amies, et que voyant Mlle Albertine qui se frottait toujours contre elle dans son peignoir, elle le lui avait fait enlever et lui faisait des caresses avec sa langue le long du cou et des bras, même sur la plante des pieds que Mlle Albertine lui tendait. La blanchisseuse se déshabillait aussi, et elles jouaient à se pousser dans l'eau ; là elle ne n'a rien dit de plus, mais, tout dévoué à vos ordres et voulant faire n'importe quoi pour vous faire plaisir, j'ai emmené coucher avec moi la petite blanchisseuse. Elle m'a demandé si je voulais qu'elle me fit ce qu'elle faisait à Mlle Albertine quand celle-ci ôtait son costume de bain. Et elle m'a dit : « Si vous aviez vu comme elle frétillait, cette demoiselle, elle me disait : (ah ! tu me mets aux anges) et elle était si énervée qu'elle ne pouvait s'empêcher de me mordre. » J'ai vu encore la trace sur le bras de la petite blanchisseuse. Et je comprends le plaisir de Mlle Albertine car cette petite-là est vraiment très habile. » Albertine disparue

_____________________________________________________________________________

PAS DE MERCREDI DE PROUSTPOURTOUS CE 11 NOVEMBRE. JE SERAI LE JEUDI 12 AVEC CLAUDE WITTEZAELE QUE J'INTERROGERAI A LA BRASSERIE MARLY, 54 AV DU ROULE, A NEUILLY, A 19 H, SUR SON TRES BEAU LIVRE "CHEMINEMENTS PROUSTIENS"

_______________________________________________________________________________

I am in heaven! Friday, November 20, will be published in le Point.fr (on their site) my Duetto on Marcel Proust, text in which I describe my passion for The Search. Unfortumately this expression of happiness, the strongest that came to my mind, had been used by Aimé, maitre d at Balbec's Grand Hotel, to qualify the real or imaginary games, we'll never know, of Albertine and the laundress...

The young laundress confessed to me that she loved to amuse herself with her young friends and that seeing Mlle. Albertine was always wriggling against her in her wrapper she made her take it off and used to caress her with her tongue along the throat and arms, even on the soles of her feet which Mlle. Albertine stretched out to her. The laundress undressed too, and they played at pushing each other into the water; after that she told me nothing more, but being entirely at your orders and ready to do anything in the world to please you, I took the young laundress to bed with me. She asked me if I would like her to do to me what she used to do to Mlle. Albertine when she took off her bathing-dress. And she said to me: ‘If you could have seen how she used to quiver, that young lady, she said to me: (oh, it’s just heavenly) and she got so excited that she could not keep from biting me.’ I could still see the marks on the girl’s arms. And I can understand Mlle. Albertine’s pleasure, for the girl is really a very good performer.” The Fugitive
Commenter cet article