Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Anniversaire de Zaza; Zaza' s birthday

Publié le 22 Novembre 2015 par proust pour tous

Vénus-Zaza
Vénus-Zaza

Hier grande fête à Sceaux pour l'anniversaire de Zaza, ma nièce, à qui j'avais l'idée de faire un cadeau original: un petit cadre dans lequel j'aurais mis la photo non pas de Zaza à 15 ans, mais celle de son sosie de l'époque, la Vénus dans la naissance de Vénus de Boticelli (Zaza est toujours très jolie mais, à 29 ans, ressemble moins à ce ravissant tableau). J'ai eu peur que l'on me demande pourquoi ce cadeau, et je me serais sentie obligée de dévoiler ma source d'inspiration: ça aurait encore fait une histoire, Jules, Gigi, James m'auraient dit: "Arrête d'agacer la famille avec Proust "... Heureusement que j'ai ce blog.

Il plaça sur sa table de travail, comme une photographie d'Odette, une reproduction de la fille de Jéthro. Il admirait les grands yeux, le délicat visage qui laissait deviner la peau imparfaite, les boucles merveilleuses des cheveux le long des joues fatiguées, et adaptant ce qu'il trouvait beau jusque-là d'une façon esthétique à l'idée d'une femme vivante, il le transformait en mérites physiques qu'il se félicitait de trouver réunis dans un être qu'il pourrait posséder. Cette vague sympathie qui nous porte vers un chef-d'oeuvre que nous regardons, maintenant qu'il connaissait l'original charnel de la fille de Jéthro, elle devenait un désir qui suppléa désormais à celui que le corps d'Odette ne lui avait pas d'abord inspiré. Quand il avait regardé longtemps ce Botticelli, il pensait à son Botticelli à lui qu'il trouvait plus beau encore et, approchant de lui la photographie de Zéphora, il croyait serrer Odette contre son coeur. Du côté de chez Swann

________________________________________________________________________________

Vendredi 27 novembre, à 18 h 30 à la Mairie du 6ème, place Saint-Sulpice: Proust, Jules et moi avec Marie-Laurence Tartas et moi.

Je dédicacerai quelques livres

_____________________________________________________________________________

Yesterday, big birthday party in Sceaux, for my niece Zaza's birthday. I had an idea for an original gift: a small frame in which I would have put the reproduction of Venus in Boticelli's Birth of Venus, she looked like so much my niece when she was 15. But I abstained because I was afraid that I would have had to unveil the source of my inspiration and Jules, Gigi and James would have told me: "Stop bothering your family with Proust." Happily, I have this blog !

On his study table, at which he worked, he had placed, as if it were a photograph of Odette, a reproduction of Jethro’s Daughter. He would gaze in admiration at the large eyes, the delicate features in which the imperfection of her skin might be surmised, the marvellous locks of hair that fell along her tired cheeks; and, adapting what he had already felt to be beautiful, on aesthetic grounds, to the idea of a living woman, he converted it into a series of physical merits which he congratulated himself on finding assembled in the person of one whom he might, ultimately, possess. The vague feeling of sympathy which attracts a spectator to a work of art, now that he knew the type, in warm flesh and blood, of Jethro’s Daughter, became a desire which more than compensated, thenceforward, for that with which Odette’s physical charms had at first failed to inspire him. When he had sat for a long time gazing at the Botticelli, he would think of his own living Botticelli, who seemed all the lovelier in contrast, and as he drew towards him the photograph of Zipporah he would imagine that he was holding Odette against his heart. Swann's Way
Commenter cet article